Niveau : Étudiant(e) en césure de Master ou d’école Ingénieur
Lieu du stage : UMR EGCE (www.egce.cnrs-gif.fr), IDEEV 12 route 128, Gif-sur-Yvette (91).
Encadrement : Fabrice Requier et Etienne Minaud
Période – Durée : Entre août 2022 à janvier 2023 (de 4 à 6 mois)

Contexte :
L’abeille mellifère (Apis mellifera) est un organisme eusocial vivant en colonie et créant des réserves de nourriture pour survivre à l’hiver. Au cours de cette période, les températures basses et le manque de fleurs forcent la colonie à stopper la ponte. La dernière génération d’abeilles émergeant en automne, nommées abeilles d’hiver, doit donc survivre à la période d’hivernage pour assurer la survie de la colonie (Mattila et al., 2001). Les abeilles d’hiver se différencient des abeilles estivales par leur physiologie, leur longévité et leur comportement (Fluri et al., 1982), et sont généralement moins actives que les abeilles estivales (Szabo, 1985; Węgrzynowicz et al., 2014). Cependant, malgré leur fonction prépondérante, l’activité et le comportement des abeilles d’hiver ne sont que très peu connus.
Les progrès récents des dispositifs automatisés de suivi individuel ont révolutionné la collecte de données sur les animaux en conditions naturelles. Il est désormais possible de suivre le comportement de nombreux animaux sur toute leur durée de vie, comme par exemple sur les abeilles avec l’usage du Radio Frequency Identification (RFID) (ex : Requier et al., 2020). Le RFID est une technologie basée sur les ondes radio permettant de détecter le passage d’un émetteur sous un lecteur. Placer les émetteurs sur des individus venant d’émerger et le lecteur à l’entrée de la ruche permet de connaitre la fréquence et la durée des sorties de chaque individu en fonction de son âge.

Objectifs :
Ce stage vise à étudier finement l’activité et le comportement des abeilles d’hiver via un suivi RFID. Des cohortes d’abeilles d’hiver seront équipées puis suivies automatiquement de leur émergentes jusqu’à leur mort. Différentes populations d’abeilles seront testées, (i) l’abeille noire (Apis mellifera mellifera) native en France et (ii) l’hybride Buckfast sélectionnée notamment pour la production de miel. L’hypothèse de travail est que les abeilles d’hiver natives pourraient avoir une activité distincte des abeilles hybrides (ex. : longévité plus importante et meilleur synchronie avec le climat et la flore locale), sachant que les colonies natives sont connues pour mieux survivre dans leur environnement d’origine (Büchler et al., 2014) et présentant de meilleurs capacités de collecte de ressources (Hatjina et al., 2014). Des modèles statistiques (GLMM) seront développés pour étudier cette potentielle différence populationnelle sur la longévité ainsi que l’activité et le comportement de vol des abeilles d’hiver.

Compétences requises :
– Compétences en analyses statistiques (GLMM), maîtrise du logiciel R (www.r-project.org)
– Connaissances en écologie évolutive et en écologie comportementale
– Rigueur, autonomie, sens relationnel
– Goût pour l’expérimentation de terrain
– Maitrise de l’anglais
– Capacités rédactionnelles

Gratification et conditions d’accueil :
La gratification sera d’environ 580 euros/mois. Le stage sera basé à l’Institut Diversité Ecologie et Evolution du Vivant (IDEEV) sur le plateau de Saclay (12 route 128, Gif-sur-Yvette 91190). Les expérimentations de terrain se dérouleront sur le campus.

Modalités de candidature :
Adresser par voie numérique une lettre de motivation et un CV à Fabrice Requier (fabrice.requier@ird.fr) et Etienne Minaud (etienne.minaud@ird.fr).

Références bibliographiques :
Büchler, R., Costa, C., Hatjina, F., Andonov, S., Meixner, M.D., Conte, Y.L., Uzunov, A., Berg, S., Bienkowska, M., Bouga, M., Drazic, M., Dyrba, W., Kryger, P., Panasiuk, B., Pechhacker, H., Petrov, P., Kezić, N., Korpela, S., Wilde, J., 2014. The influence of genetic origin and its interaction with environmental effects on the survival of Apis mellifera L. colonies in Europe. J. Apic. Res. 53, 205–214. https://doi.org/10.3896/IBRA.1.53.2.03
Fluri, P., Lüscher, M., Wille, H., Gerig, L., 1982. Changes in weight of the pharyngeal gland and haemolymph titres of juvenile hormone, protein and vitellogenin in worker honey bees. J. Insect Physiol. 28, 61–68. https://doi.org/10.1016/0022-1910(82)90023-3
Hatjina, F., Costa, C., Büchler, R., Uzunov, A., Drazic, M., Filipi, J., Charistos, L., Ruottinen, L., Andonov, S., Meixner, M.D., Bienkowska, M., Dariusz, G., Panasiuk, B., Conte, Y.L., Wilde, J., Berg, S., Bouga, M., Dyrba, W., Kiprijanovska, H., Korpela, S., Kryger, P., Lodesani, M., Pechhacker, H., Petrov, P., Kezic, N., 2014. Population dynamics of European honey bee genotypes under different environmental conditions. J. Apic. Res. 53, 233–247. https://doi.org/10.3896/IBRA.1.53.2.05
Mattila, H.R., Harris, J.L., Otis, G.W., 2001. Timing of production of winter bees in honey bee (Apis mellifera) colonies. Insectes Sociaux 48, 88–93. https://doi.org/10.1007/PL00001764
Requier, F., Henry, M., Decourtye, A., Brun, F., Aupinel, P., Rebaudo, F., Bretagnolle, V., 2020. Measuring ontogenetic shifts in central‐place foragers: A case study with honeybees. J. Anim. Ecol. 89, 1860–1871. https://doi.org/10.1111/1365-2656.13248
Szabo, T.I., 1985. The Thermology of Wintering Honeybee Colonies in 4-Colony Packs as Affected by Various Hive Entrances. J. Apic. Res. 24, 27–37. https://doi.org/10.1080/00218839.1985.11100645
Węgrzynowicz, P., Gerula, D., Bieńkowska, M., Panasiuk, B., 2014. Causes and Scale of Winter Flights in Honey Bee (Apis Mellifera Carnica ) Colonies. J. Apic. Sci. 58, 135–143. https://doi.org/10.2478/jas-2014-0014

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: etienne.minaud@ird.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.