Contexte du stage et missions :

Les microplastiques sont aujourd’hui observés dans tous les compartiments de l’environnement. Cependant, dans l’atmosphère, la présence de ce nouveau polluant n’est pas très bien documentée et elle n’est pas bien comprise. Jusqu’à présent, des particules de microplastique atmosphériques ont été observées dans des mégapoles1, dans des zones montagneuses reculées2 et même au-dessus de l’océan ouvert3, bien qu’en des faibles concentrations. Les microplastiques, comme les autres particules émises dans l’atmosphère, peuvent subir un vieillissement dû à l’exposition à l’atmosphère oxydante et à la lumière du soleil. Cela pourrait entraîner une augmentation des réactions entre les oxydants atmosphériques et les polymères, car ceux-ci peuvent être altérés avec le temps et présenter une plus grande surface exposée que leurs homologues neufs. Il est toutefois important de quantifier la réactivité de ces nouveaux polluants avec les oxydants atmosphériques, car cela pourrait affecter la capacité d’oxydation de l’atmosphère. Les microplastiques vieillissants pourraient également être une source de composés organiques volatils (COV), qui affecteront à leur tour la composition chimique de l’atmosphère et pourraient avoir des répercussions sur la santé. Les particules de microplastique peuvent également se décomposer physiquement en particules plus petites, qui sédimenteraient plus lentement et se déplaceraient donc sur de plus longues distances. Cela impliquerait également que leur concentration numérique pourrait augmenter avec le temps. Cependant, on dispose actuellement de très peu de données sur le vieillissement des particules microplastiques dans l’atmosphère. Le stage proposé, qui a lieu dans le cadre du projet DEMELER, vise à étudier la réactivité des particules de polymères avec les oxydants atmosphériques. Pour ce faire, des particules microplastiques seront exposées à des oxydants atmosphériques, tels que l’ozone, et la production de composés volatils éventuelle sera examinée.

Le stage propose (1) de quantifier et caractériser chimiquement et physiquement des (nouveau) particules microplastiques modèles en utilisant la spectroscopie infrarouge (ATR-IR), (2) de développer une procédure pour exposer ces microplastiques à un environnement oxydant imitant l’atmosphère en utilisant un réacteur à petite échelle en présence de O3 et de lumière UV (3) de comparer les microplastiques vieillis artificiellement avec leur état initial en utilisant l’ATR-IR, (4) de proposer des hypothèses pour expliquer les observations, (5) de comparer les observations avec des microplastiques échantillonnés dans l’atmosphère.

Réf. : [1] Dris et al., 2015, Environ. Chem / [2] Allen et al., 2015, Nat. Geosci. / [3] Trainic et al., 2020, Commun. Earth Environ.

Le stage est à pourvoir au plus vite pour une durée de 4-5 mois

Pour postuler : https://institutminestelecom.recruitee.com/o/stagiaire-microplastique-dans-lenvironnement-hf-douai

Pour tout renseignement sur le poste, merci de vous adresser à
Dr. Liselotte TINEL: liselotte.tinel@imt-nord-europe.fr
Dr. Manolis N. ROMANIAS: emmanouil.romanias@imt-nord-europe.fr

Pour tout renseignement administratif, merci de vous adresser à la Direction des Ressources Humaines : jobs@imt-nord-europe.fr

Date limite de candidature : 15/04/2022

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: mel.constant@imt-nord-europe.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.