Contexte du stage
Le travail de stage s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche s’intégrant au plan d’action « BiodiverCité », financé par la Direction de la Nature de Bordeaux Métropole. Le projet de recherche consiste au développement d’un appui méthodologique pour la mise en place d’une stratégie de développement du territoire favorable à la biodiversité en milieu urbain et péri-urbain. A cet effet, divers volets disciplinaires sont développés par un consortium scientifique regroupant de multiples unités de recherche de la région bordelaise.
Le ou la stagiaire participera aux activités pilotées par l’unité EABX de INRAE dans ce projet, en collaboration avec l’UMR EPOC (CNRS-Université de Bordeaux), en particulier l’exploration des variables environnementales affectant la structuration spatiale des populations de poissons échantillonnées dans les masses d’eau urbaines et péri-urbaines. Des inventaires des espèces de poissons présentes ont en effet été réalisés en 2018 et 2019 en partenariat avec la Fédération des Associations Agréées de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques de la Gironde (FDAAPPMA33), dans une vingtaine de sites répartis le long d’un gradient paysager dans la Métropole. Au cours des inventaires de 2018, des échantillons de sédiments superficiels ont été collectés en bordure des masses d’eau afin de caractériser les teneurs en contaminants métalliques (ex. Zn, Cd, Pb, Cu, Ag). Ces éléments ont été choisis car ce sont de bons marqueurs des pressions anthropiques via les rejets d’eaux domestiques ou pluviales (e.g. Lerat-Hardy et al., 2021).
L’objet du stage est donc d’analyser les teneurs en métaux de ces échantillons au laboratoire EPOC au sein de l’équipe TGM et de la plateforme Majeurs et Métaux traces (M&Ms). Une fois les résultats des analyses disponibles, les données obtenues seront intégrées à un jeu de données explicatives plus large, et regroupant notamment des données physico-chimiques (température, conductimétrie, oxygène dissous), ainsi que des données d’occupation du sol sur et autour des sites échantillonnés. Ce jeu de données combinées sera exploré afin d’identifier des corrélations potentielles entre les facteurs environnementaux, et de tester leurs effets singuliers ou combinés sur les patrons de distribution spatiale des espèces de poissons recensées dans la Métropole. Tout au long du stage, des points réguliers seront réalisés, entre l’étudiant(e) et les encadrants, afin d’échanger sur l’état d’avancement et sur les échéances analytiques et rédactionnelles.

Tâches spécifiques du/de la stagiaire :
– Réaliser les préparations (digestion acide) et analyses des échantillons de sédiments par ICP-MS au laboratoire EPOC.
– Saisir et combiner les données produites avec un jeu de données environnementales disponibles (données paysagères, données physico-chimiques)
– Tester les corrélations éventuelles entre les différentes variables environnementales, incluant les données de contamination produites, et analyser leur variabilité spatiale
– Tester l’effet potentiel des variables environnementales, incluant les données de contamination produites, sur la structure spatiale des communautés de poissons à l’échelle de la Métropole bordelaise
– Rédiger un rapport synthétisant les outils et méthodes déployées et les résultats obtenus, et mettant en perspective ces résultats avec les objectifs généraux du projet de recherche

Compétences recherchées :
– Gout et expérience du travail en laboratoire, dans le domaine de la chimie environnementale
– Gout et expérience pour l’analyse de données : capacité de saisie et organisation des données (Excel), analyses statistiques inférentielles (calculs de moyenne, tests de corrélation, analyses de variance etc.). Une expérience dans l’utilisation des statistiques multivariées (type ACP, AFC ou analyses bi-tableaux) serait un plus, mais n’est pas un prérequis (les encadrants pourront former le/la candidate le cas échéant).
– Capacités rédactionnelles et bonnes aptitudes relationnelles
– Une première expérience en laboratoire (e.g. travail en salle blanche) et/ou en traitement de donnée- SIG serait un atout supplémentaire.

Candidature :
Le dossier de candidature doit être adressé aux encadrants de stage (mario.lepage@inrae.fr; laure.carassou@inrae.fr; alexandra.coynel@u-bordeaux.fr) par email avant le 15 novembre pour un début de stage en janvier (stage prévu du 17/01 au 15/07/2022).
Il doit inclure un CV détaillé et une lettre de motivation (maximum 2 pages chacun) explicitant l’intérêt du/de la candidate pour le sujet, et la manière dont les compétences proposées répondent aux objectifs généraux et spécifiques du stage. Un entretien préalable sera réalisé par visio pour sélectionner le/la candidat.e retenu.e.

Gratification :
Le travail de stage fera l’objet d’une gratification journalière réglementaire d’un montant de 3,90 €/h et par jour de présence effective, soit environ 560 euros par mois.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: laure.carassou@inrae.fr; mario.lepage@inrae.fr; alexandra.coynel@u-bordeaux.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.