Objectif général du stage :
Dans le cadre de la Chaire Noz Breizh portée par la Fondation UBO et mise en œuvre en partenariat avec différentes structures publiques ou privées, l’objectif du stage est de contribuer à la réflexion sur la mise en œuvre de la Trame noire de la métropole brestoise en analysant les impacts de la pollution lumineuse sur différents taxons.
Organisme d’accueil : Laboratoire Géoarchitecture EA 7462. Territoires, Urbanisation, Biodiversité, Environnement, en partenariat avec le Laboratoire d’études et de recherche en sociologie, Université de Bretagne Occidentale (Brest).
Le laboratoire Géoarchitecture est une équipe pluridisciplinaire dont les travaux visent à une connaissance approfondie des différentes composantes écologiques, économiques, urbanistiques et sociologiques des espaces naturels, urbains ou ruraux en vue d’une approche complète et intégrée de l’aménagement du territoire.

Contexte du stage :
Le programme de recherche Noz Breizh qui s’appuie sur la Chaire éponyme a pour objectif d’accompagner et participer aux évolutions sociétales, technologiques et économiques de la métropole brestoise au sein d’une réflexion sur les impacts de la lumière urbaine (éclairage urbain, éclairage privée) sur trois axes comme entrées structurantes : Les dynamiques sociales de la vi(ll)e la nuit ; La ville connectée et l’éclairage ; L’écologie et la pollution lumineuse. Le stage s’insère dans le troisième axe de ce programme.
De façon plus générale, à l’échelle nationale, ce projet s’intéresse au développement récent de démarche en faveur de « Trame noires » dans le cadre des politiques d’aménagement du territoire liées aux « Trames écologiques » ou « Trames vertes et bleue ». En effet, les Orientations Nationales de la Trame Verte et Bleue (ONTVB) de 2019 considèrent les pollutions lumineuses comme un enjeu clé pour les continuités écologiques en vue de la préservation des milieux naturels ou biotopes. Dans ce cadre, la création du « Schéma de Cohérence d’Ambiances Nocturnes » de la métropole brestoise envisage la prise en compte des différents enjeux liés à la pollution lumineuse.
À ce jour, il semble que le développement de ces trames se fassent essentiellement sur la base d’une analyse des niveaux de luminosité « vus du ciel » en lien l’influence théorique de cette pollution sur un certain nombre de taxons emblématiques (souvent chiroptères).
L’objectif scientifique du programme vise à l’élaboration d’une méthodologie pour l’élaboration de la Trame Noire ou Sombre à l’image de la Trame Verte et Bleue déjà réalisée par la métropole ou de la trame brune en cours de réflexion. Il s’agit notamment d’établir un cahier des charges (cartographie, recensement), la méthodologie à utiliser et notamment les outils d’évaluations des conséquences, sur la biodiversité suite à des interventions anthropiques liées à l’éclairage et aux activités nocturnes.
La spécificité de l’approche sera bien sûr d’intégrer les niveaux de pollution lumineuse mais en intégrant cette pollution « vue du sol » et les impacts constatés sur la biodiversité

Contenu du stage

Sur la base des travaux précédents ainsi que sur des recherches bibliographiques complémentaires le stagiaire aura pour mission :
– D’analyser la prise en compte de la biodiversité sur les processus de mise en place des trames noires par les collectivités.
– De définir et mettre en place des protocoles adaptés pour l’étude des impacts de la pollution lumineuse sur différents groupes taxonomiques (amphibien, orthoptères, chiroptères, oiseaux). Cette mise en place bénéficiera des partenariats avec les structures qui développent actuellement des outils innovants notamment dans le domaine de l’analyse acoustique.
– De réfléchir, selon les compétences de la personne recrutée, aux possibilités d’analyse de l’impact de la pollution lumineuse sur les végétaux et notamment par une approche de mesure de Traits d’Histoire de Vie.

Les résultats, couplés à une mise à jour de la cartographie devront contribuer d’une part à mieux connaitre les impacts de la pollution lumineuse sur la biodiversité et à l’intégration de ces connaissances dans l’élaboration des trames noires.

Profil recherché :

– Master 2 d’écologie ou école d’ingénieur dans le domaine de l’environnement ;
– Connaissances en écologie, biologie animale et végétale, aménagement et urbanisme ;
– Connaissance des méthodes d’études et d’identification en entomologie et/ou chiropterologie et/ou botanique ;
– Connaissance des outils informatiques d’analyse statistique et de modélisation ;
– rigueur, autonomie ;
– qualités rédactionnelles ;
– goût pour le terrain ;
– maitrise des outils statistiques couramment utilisés en écologie ;

Localisation : UBO, Brest
Le stagiaire sera intégré à l’équipe de recherche EA 7462 « Laboratoire Géoarchitecture. Territoires, Urbanisation, Biodiversité, Environnement » localisé à l’UFR Sciences et Techniques, département de biologie, Université de Bretagne Occidentale, Brest.

Encadrement :
Maître de stage : Xavier Dauvergne, Maître de Conférences, UBO
Co-encadrants : Jérôme Sawtschuk, Maître de Conférences, UBO

Durée du stage : 6 mois entre Février et Septembre 2022 (selon calendrier des formations)

Indemnisation : Indemnité forfaire légale et frais de déplacements.

Contact et candidature : xavier.dauvergne@univ-brest.fr

Candidatures (CV et lettre de motivation) : pour le 21 Janvier 2022

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: xavier.dauvergne@univ-brest.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.