Offre de stage de M2 de 6 mois à l’UMR 7267 EBI – CNRS, université de Poitiers.

Titre:
Polymorphisme intra-hôte : caractérisation phénotypique de différentes sous-populations de Wolbachia

Période:
Premier semestre 2022 (janvier à début juillet).

1) Contexte et Objectifs

Wolbachia est l’endosymbionte le plus répandu chez les invertébrés (1). Cette α-protéobactérie, principalement transmise verticalement, a été intensivement étudiée au cours des dernières décennies en raison des interactions intrigantes qu’elle entretient avec ses hôtes. L’infection par Wolbachia peut, en effet, impacter de nombreux traits d’histoire de vie de ses hôtes (e.g. reproduction, immunité, survie) et ces effets très divers pourrait être expliqués par la distribution systémique de ce symbiote au sein de son hôte (2). En plus de coloniser les gonades, permettant d’assurer sa transmission, Wolbachia peut également être distribuée beaucoup plus largement dans les tissus somatiques (2). Cette distribution systémique peut avoir évolué grâce à une sélection positive : les bactéries localisées dans les tissus somatiques influenceraient la biologie et la physiologie de l’hôte de telle sorte que la transmission des symbiotes soient favorisées. Cependant, la large distribution de Wolbachia au sein de son hôte peut également avoir un fort impact sur la dynamique d’évolution des symbiotes. Les contraintes associées à la colonisation de différents tissus somatiques, alors considérés comme des niches environnementales distinctes (3), peuvent induire une différenciation des symbiotes en plusieurs sous-populations polymorphes, soit par des processus neutres tels que l’isolement génétique, soit par des processus adaptatifs tels que l’adaptation locale (3).

Hypothèses testées dans le projet : Le but de ce projet est d’étudier si la colonisation de différents micro-environnements tissulaires peut conduire à la différenciation de plusieurs sous-populations de Wolbachia polymorphes. Pour cela nous utiliserons l’un des seules modèles biologiques permettant de tester expérimentalement cette prédiction : l’association Armadillidium vulgare – Wolbachia (wVulc)

2) Techniques et méthodologies

– Infection expérimentale d’individus asymbiotiques (non infecté par Wolbachia) à partir de différents tissus provenant d’individus naturellement infectés

– Suivi des taux de survie et du comportement des animaux nouvellement infectés

– Suivi par PCR quantitative de la dynamique d’infection de Wolbachia, dans l’espace et dans le temps, au sein des hôtes nouvellement infectés

3) Candidature

Les candidat.e.s intéressé.e.s sont invité·e·s à prendre contact avec moi (romain.pigeault@univ-poitiers.fr). Les dépôts de candidature devront comprendre un CV et une lettre de motivation (max 1 page), une copie du relevé de note de M1, ainsi que l’adresse email d’au moins 1 référent. Les candidatures devront m’être envoyées avant le 05 Novembre 2021.

4) Compétences particulières souhaitées:

Étudiant.e motivé.e et dynamique intéressé.e par l’écologie évolutive, les interactions hôtes/symbiotes et les biostatistiques

5) Références

(1) LePage & Bordenstein 2013, Trends Parasitol. doi:10.1016/j.pt.2013.06.003

(2) Sicard et al., Environ Microbiol. 2014;16: 3583–3607. doi:10.1111/1462-2920.12573

(3) Didelot et al., Nat Rev Microbiol. 2016;14: 150–162. doi:10.1038/nrmicro.2015.13

https://sites.google.com/view/romainpigeault/home

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: romain.pigeault@univ-poitiers.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.