Durée et type de contrat : Stage
Niveau d’études : Master 1
Thématique : Ecologie
Date de début du contrat : Printemps 2022
Durée du stage : 2 mois

DESCRIPTION DE L’OFFRE

Contexte
Les transitions-retour vers la vie aquatique ont façonné de nombreux organismes et fortement impacté les écosystèmes marins fossiles et actuels. Etudier les processus évolutifs impliqués reste cependant difficile, des étapes-clés étant manquantes dans la plupart des lignées actuelles. Ce n’est pas le cas des serpents. Tous les intermédiaires existent et un seul mode de déplacement par ondulations est efficace sur terre et dans l’eau. L’hypothèse centrale de ce projet est que l’adaptation à la vie aquatique a modifié la cinétique des ondulations pour optimiser la nage en minimisant les forces de résistance tout en maximisant celles de propulsion. L’efficacité énergétique de la nage devrait donc être plus grande chez les espèces aquatiques. Quantifier cette efficacité, tout en mesurant les performances de nage et la cinématique ondulatoire des individus, est techniquement difficile. L’option choisie ici est de mesurer le coefficient de trainée de l’animal qui nage. Ceci fait appel à des domaines tels que la mécanique des fluides, la modélisation numérique, ou la robotique ; il repose sur un réseau de collaborateurs. La conception de robots serpents capables de progresser sur différents substrats est d’ailleurs un enjeu appliqué du projet. Ce stage s’inscrit dans le projet DRAGON2, financé par l’ANR.

Pour mener à bien ce projet, la constitution d’un répertoire de cinématiques de nage d’une grande diversité d’espèces de serpents est nécessaire. L’objectif du projet est donc d’enregistrer en laboratoire des séquences de nage et de reptation de nombreux individus et de différentes espèces. Qu’ils soient terrestres, semi-aquatiques ou aquatiques, presque tous les serpents sont capables de nager. L’analyse des vidéos, à l’aide de procédures automatiques, permettra de confronter les performances athlétiques enregistrées à la cinématique de nage et ainsi de mieux comprendre comment l’adaptation à la vie aquatique a influencé la nage ondulatoire, notamment en optimisant la fréquence et/ou l’amplitude des oscillations. Plusieurs facteurs seront pris en compte, notamment la condition corporelle, reflet de l’état de la musculature et de la présence de réserves. Si une Indice de Condition Corporelle peut être facilement calculé, des mesures et des tests de force musculaire sont néanmoins à mettre en place.

Description du poste
L’étudiant(e) sera basé au Centre d’Etudes Biologiques de Chizé (CEBC). Il participera au programme de Capture-Marquage-Recapture dans la Réserve Biologique Intégrale de la forêt de Chizé et effectuera également des tests de force musculaires sur les individus capturés et sélectionnés pour l’étude. Il participera également plus spontanément aux expérimentations en banc de nage. Il analysera ensuite les données récoltées.

Modalités
Il existe des possibilités de logement au CEBC. Le travail sera encadré par Guillaume FOSSERIES, doctorant au CEBC, et par Xavier Bonnet (DR CNRS) impliqués dans le projet Dragon2.

PROFIL CANDIDAT/E
Etudiant(e) en Master 1 Ecologie, évolution, écophysiologie.

Compétences :
Esprit de synthèse, intérêt pour la recherche en écologie évolutive. Qualités rédactionnelles, esprit
d’initiative, goût pour le terrain. Une expérience avec les serpents sera prise en compte.

CONDITIONS DE TRAVAIL
Lieu du stage
UMR 7372 CNRS – Centre d’Etudes Biologiques de Chizé
Bâtiment H Ouest

Conditions de travail selon cadre définit dans la convention de stage Université/CNRS.

Candidature
Adresser un CV et une lettre de motivation avant fin novembre par mail
à guillaume.fosseries@outlook.fr et bonnet@cebc.cnrs.fr

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.