Contexte du stage :

Ce projet s’inscrit dans une problématique importante développée au sein du laboratoire LIENSs et de l’équipe AMARE qui vise à étudier la bioaccumulation, le transfert et les effets du mercure (Hg) dans les écosystèmes littoraux et marins.

Le Hg est un contaminant largement dispersé dans le milieu marin à l’échelle globale, y compris dans les zones très éloignées des activités humaines (e.g. zones polaires). Du fait de processus biogéochimiques, il se trouve à la fois sous forme inorganique (iHg) et sous forme organique (i.e. méthylmercure, MeHg), cette dernière étant très favorable à la bioaccumulation dans les organismes et à la bioamplification le long des réseaux trophiques. Par conséquent, les concentrations en MeHg peuvent être très importantes chez les organismes marins des hauts niveaux trophiques, notamment dans les tissus de stockage tels que le foie, les reins ou les muscles. De plus, le MeHg est connu pour sa forte toxicité sur les organismes, et notamment pour sa neurotoxicité, conséquent à un tropisme fort du MeHg pour les systèmes nerveux centraux.
Malgré cela, les données de concentrations en Hg dans les cerveaux des organismes marins prélevés in situ sont peu abondantes dans littérature, en dépit de leur importance pour mieux comprendre la sensibilité de ces organismes à la contamination de leur environnement. L’objectif de ce stage est donc de rassembler et synthétiser les données existantes de concentrations de Hg dans les cerveaux d’organismes marins, principalement chez les oiseaux, les poissons et les invertébrés dotés d’un SNC (e.g. céphalopodes), afin de discuter la vulnérabilité des organismes en fonction de la biogéographie, de l’écologie et de la phylogénie.

Objectifs du stage :

Les objectifs de ce stage sont : (1) de faire une review à jour des concentrations de Hg, en distinguant à chaque fois que possible les formes inorganiques et organiques, dans les cerveaux ou systèmes nerveux chez les vertébrés et invertébrés marins (spécialement oiseaux marins, poissons, céphalopodes) ; (2) d’étudier les relations internes entre les concentrations dans les cerveaux, les muscles et/ou le foie ; (3) interpréter ces données en fonction de la biogéographie, de l’écologie trophique et de la phylogénie ; (4) Inventorier les mécanismes de détoxication quand ils sont connus.
En complément des données trouvées dans la littérature, des analyses de Hg dans des cerveaux de poissons et oiseaux marins pourront être effectuées à l’AMA du CCA.

Projet de travail du stagiaire :
– Rassembler les données existantes dans la littérature et constituer une base de données
– Analyser les concentrations en Hg total dans des échantillons de cerveaux de vertébrés et invertébrés marins
– Analyser les données – Rédiger un rapport

Conditions d’accueil :
– Ordinateur PC

Qualités du stagiaire attendues pour la bonne réalisation de ce stage :
– Grandes capacités de lecture d’articles scientifiques – Grandes capacités rédactionnelles
– Bonne maîtrise des statistiques
– Maîtrise de l’outil R
– Rigueur, autonomie

Laboratoire d’accueil : LIENSs, Littoral environnement et sociétés, La Rochelle France
Lieu de stage : LIENSs, Littoral environnement et sociétés, La Rochelle France, bâtiment ILE (Institut du Littoral et de l’Environnement)
Encadrement : Thomas Lacoue-Labarthe, Jérôme Fort, Paco Bustamante

Contacts :
Envoyer un CV, une courte lettre de motivation et une mini introduction d’une demie à une page maximum sur le sujet, avant le 15 décembre 2022, à :
tlacouel@univ-lr.fr; jfort@univ-lr.fr; pbustama@univ-lr.fr

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: tlacouel@univ-lr.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.