Durée du stage : 3 mois (Juin, Juillet et août 2022).

Profil recherché : Etudiant en BTS GPN, L3 ou M1, ou équivalent.

Indemnités de stage : oui (560€/mois).

Lieu du stage : Groupe Chiroptères Océan Indien (GCOI).

Encadrement : Gildas MONNIER (GCOI).
Afin de candidater, merci de contacter Gildas MONNIER : gildas.monnier@gcoi.org en joignant un CV ainsi qu’une lettre de motivation et en précisant l’objet « Stage ESCAPE GCOI ». Merci de bien cibler votre candidature sur l’intérêt que vous portez à ce stage particulier, en étant précis(e) sur votre motivation et vos compétences utiles à ce stage.

Autres : Convention de stage obligatoire / Possibilité de travail les weekends.

Sujet de stage :
Les chauves-souris représentent plus de 1400 espèces et peuplent les différents habitats de notre planète depuis environ 50 millions d’années. Souvent considérés à tort comme nuisibles, ces mammifères volants sont aujourd’hui fortement menacés de disparition (Browning et al., 2021). Les chauves-souris subissent des pressions liées à la modification des paysages et à l’utilisation de pesticides, mais aussi plus simplement à cause de l’éviction de certains habitats. Pourtant, ces espèces ont un rôle fondamental dans les écosystèmes. Les espèces insectivores sont de véritables régulateurs des populations d’insectes. Elles
permettent d’économiser des dizaines de milliards de dollars par an au secteur agricole (Boyles et al., 2011). Seuls mammifères à pouvoir voler, les chauves-souris ont une capacité de déplacement relativement importante (Moussy et al., 2013). La plupart des espèces se déplacent quotidiennement entre leur gîte diurne et leurs zones de chasse, ou encore pour rejoindre d’autres gîtes (réseau de gîtes). L’amélioration des connaissances sur leur biologie et écologie permet de proposer des moyens pour les protéger.

Le Petit Molosse de La Réunion (Mormopterus francoismoutoui) est une chauve-souris insectivore tropicale, endémique de l’île de La Réunion. Cette espèce est distribuée sur toute l’île, et vit aussi bien dans des grottes et fissures rocheuses que dans des constructions humaines. Les colonies peuvent héberger de quelques chauves-souris à plusieurs dizaines de milliers d’individus. Malgré l’abondance du Petit Molosse, son écologie est peu connue, en particulier les déplacements des individus au sein de l’île. La détermination du domaine vital de l’espèce permettrait d’apporter des connaissances nécessaires aux actions de conservation pour cette espèce.

L’objectif du projet est d’étudier les déplacements du Petit Molosse à La Réunion. Nous chercherons à :
1) Déterminer la surface du domaine vital, les zones de chasse, et la distance maximale parcourue.
2) Caractériser les réseaux de gîtes, en identifiant le nombre de gîtes visités et la distance entre ces gîtes.

Pour répondre à ces questions, le (la) stagiaire participera à une étude de terrain, par télémétrie. L’étudiant(e) travaillera en équipe avec un autre stagiaire, ainsi que les encadrants. Des Petits Molosses seront capturés et équipés avec un micro-émetteur radio. Après leur relâcher, les individus équipés seront suivis à distance durant plusieurs nuits consécutives. Plusieurs équipes mobiles localiseront les chauves-souris équipées grâce à des antennes, et mesureront l’azimut de réception du signal pour déterminer la position des chauves-souris. Des analyses spatiales permettront de déterminer la surface du domaine vital, ainsi que la distance entre le gîte et les zones de chasse, et d’identifier les gîtes visités durant la nuit.

Le (la) stagiaire aura pour missions :
– La recherche bibliographique sur les méthodes d’analyses de data télémétrie ;
– Le repérage en amont de la zone d’étude en binôme avec un autre stagiaire ;
– La participation à la capture et au suivi des individus équipés ;
– La saisie des données ;
– L’analyse des données de déplacements

Compétences recherchées :
Le/la candidat/e devra avoir une formation en biologie/écologie et un intérêt pour la recherche en populations naturelles (faune sauvage). Il/elle devra avoir une affinité pour le travail de terrain, de jour comme de nuit et l’analyse de données.
– Bonne aptitude au travail sur le terrain. Dans le cadre de ce stage, un grand nombre de déplacements est prévu. Les frais kilométriques seront remboursés au stagiaire sur la base du barème URSSAF en vigueur. Le suivi télémétrique des chauves-souris est effectué de nuit du coucher au lever du soleil tandis que la recherche de gîte s’effectue en matinée..
– Permis B et voiture indispensable.

Références bibliographiques
Boyles JG, Cryan PM, McCracken GF, Kunz TH. 2011. Economic Importance of Bats in Agriculture. Science 332:41–42. DOI: 10.1126/science.1201366.
Browning E, Barlow KE, Burns F, Hawkins C, Boughey K. 2021. Drivers of European bat population change: a review reveals evidence gaps. Mammal Review 51:353–368. DOI: 10.1111/mam.12239.
Moussy C, Hosken DJ, Mathews F, Smith GC, Aegerter JN, Bearhop S. 2013. Migration and dispersal patterns of bats and their influence on genetic structure. Mammal Review 43:183–195. DOI: 10.1111/j.1365-2907.2012.00218.x.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: gildas.monnier@gcoi.org

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.