Les sciences participatives sont définies comme les formes de production de connaissances scientifiques auxquelles des acteurs non-scientifiques-professionnels participent de façon active et délibérée (Houllier 2016). L’enseignement agricole s’est emparé de ces outils qui croisent des enjeux pédagogiques, scientifiques et sociétaux. Ils permettent aux apprenants d’avoir une approche active et raisonnée vers la transition agro-écologique.

La profession agricole s’interroge sur ses pratiques antiparasitaires : ces pratiques vétérinaires sont utilisées de manière préventive et curative sur les animaux d’élevage. Les antiparasitaires sont principalement éliminés par voies fécales. Ces traitements ont souvent un effet négatif sur les invertébrés coprophages ce qui perturbe les processus de dégradation des déjections dans les pâtures.

Deux protocoles participatifs ont été élaborés afin d’évaluer le processus de dégradation des matières fécales issues de l’élevage (ovins, caprins, bovins, équins) et l’impact des antiparasitaires sur la faune coprophage (Scarabaeinae, Aphodiinae, Geotrupinae).

Ces protocoles non létaux sont réalisables de manière standardisée par des non-spécialistes afin que l’enseignement agricole et plus largement la communauté agricole puissent s’en emparer. L’enseignement agricole souhaite utiliser ces deux protocoles comme supports pédagogiques afin de permettre aux apprenants de comprendre les différents rôles de ces coprophages dans l’écosystème et d’interroger les pratiques.

Le stagiaire sera amené à déployer ces deux protocoles dans des établissements agricoles ciblés en accompagnant les binômes enseignant/directeur d’exploitation agricole :

– Elaboration de fiches de terrain pour faciliter la mise en œuvre du protocole
– Création d’outils pour aider à l’identification des individus collectés : clé d’identification, guide des espèces, boîte de collection…
– Accompagnement du binôme dans l’élaboration de ressources pédagogiques
– Recueil des besoins
– Collecte et synthèse des questions issues du terrain auprès des différents acteurs en s’appuyant sur une grille d’entretien qu’il aura construite en amont. Ces remontées du terrain permettront d’identifier des questions de recherche.

Cette phase de test permettra au stagiaire d’élaborer un Manuel de mise en place de ces protocoles. Ce livrable permettra de déployer ce protocole dans l’ensemble des établissements de l’enseignement agricole.

Ce stage de 6 mois se déroule au sein du CESCO (MNHN) et sera co encadré avec le Réseau Biodiversité de l’enseignement agricole

Relations professionnelles :
– UMR Centre d’Ecologie et Science de la Conservation (Département Homme et Environnement – MNHN)
– Réseau Elevage de l’enseignement agricole, CEZ Rambouillet, Institut Agro site de Florac
– Université Montpellier 3 CEFE (Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive)

Compétences et connaissances nécessaires :
Master 2 pro (agronomie, médiation scientifique)
– capacité de travailler de manière autonome et en partie en équipe
– compétences en médiation scientifique
– connaissances du milieu agricole et des problématiques de l’élevage
– des connaissances en entomologie seraient un plus, mais ne doivent pas limiter votre candidature ; un appui formation à la connaissance de ce taxon est prévu

Horaires et conditions de travail :
Lieux de travail : MNHN (Paris)
De nombreux déplacements en France métropolitaine sont à prévoir
Prise de fonction souhaitée : février 2022
Contrat ou niveau d’emploi: stage de 6 mois Master 2 (pro)
Gratification de stage

Contacts :
Pour toutes questions, contactez Marine Gérardin, coordinatrice sciences participatives enseignement agricole – CESCO : marine.gerardin@mnhn.fr
Pour postuler, envoyez CV et lettre de motivation sur un même fichier à marine.gerardin@mnhn.fr
Date limite de candidature : le 21 novembre 2021

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: marine.gerardin@mnhn.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.