1 CONTEXTE
Mayotte est une île volcanique du canal du Mozambique, aujourd’hui considérée comme un Hot Spot de biodiversité avec Madagascar et les Mascareignes du fait de la spéciation de sa biodiversité. Toutefois, l’île subit un taux de déforestation des plus importants, et les reliques de milieux naturels encore préservés subissent de nombreuses pressions d’origine anthropique. Il apparaît aujourd’hui une nécessité urgente et absolue de préserver le couvert forestier encore en place afin de sauvegarder à la fois sa biodiversité unique mais aussi l’ensemble des services écosystémiques associés (maintien des sols et de la ressource en eau).
L’ONF, implanté à Mayotte depuis 2012, y gère les 1 140 ha de forêts domaniales. Suite à une étude foncière menée en 2016 par l’ONF et le Département, 216 ha de terrains domaniaux ont été rattachés au régime forestier par l’arrêté préfectoral n°2020/DAAF/753 du 9 novembre 2020. Cette surface s’avère fortement morcelée, à l’exception d’une zone, ci-après dite « parcelles d’Acoua », d’environ 148 ha d’un seul tenant, pour laquelle il est prévu de réaliser un aménagement forestier à part entière.
Les parcelles d’Acoua, basses en altitude, sont inclues dans un paysage dominé par les activités agricoles. Du fait d’une absence de présence historique des services de l’Etat sur cette zone, il est pressenti une méconnaissance des populations de la nature foncière des terrains. Les pressions sur les milieux naturels pour un usage agricole y sont d’ailleurs énormes : les parcelles d’Acoua sont d’ores et déjà impactées par de nombreuses occupations illégales plus ou moins anciennes (champ fraîchement ouvert, parcelle de vanille en fruit, etc…).
Du fait du retour d’expérience de la gestion des occupations illégales au sein des autres forêts domaniales lors de leurs aménagements respectifs, il semble aujourd’hui inadéquat de conférer aux parcelles d’Acoua une vocation de préservation des milieux naturels et d’en éliminer totalement l’usage agricole. Il semble d’entrée plus pertinent de réfléchir à une mise en adéquation des usages agricoles présents avec la préservation d’un couvert forestier et des services écosystémiques associés.
C’est en cela que les parcelles d’Acoua sont pré-ciblées pour faire l’objet de mises en concessions agroforestières dans le cadre de son aménagement forestier.
Conformément à la méthodologie générale d’établissement d’un aménagement forestier, il est dans un premier temps nécessaire d’établir un diagnostic sur les parcelles, avant d’en définir les enjeux, orientations de gestion et plan d’actions.
Le diagnostic sur les parcelles d’Acoua se divise en deux étapes majeures :
– Cartographie et caractérisation des reliques de peuplements
– Cartographie et caractérisation des activités agricoles.
Le stage porte spécifiquement sur ce deuxième point, objet de ce stage.
2 DETAILS DES MISSIONS
Après une phase d’adaptation du stagiaire à l’agence et au contexte d’étude, il sera demandé de :
– Réaliser des entretiens avec les exploitants en place pour connaître notamment : les parcelles exploitées et la nature de l’activité, les principales caractéristiques technico-économiques des exploitations, les projets d’agrandissement ou d’abandon, leur retour d’expérience quant aux caractéristiques agronomiques des terres exploitées
– Etablir une typologie des cultures et des occupants
– Réaliser des entretiens avec les acteurs du développement rural de Mayotte et des communes d’Acoua et de Mtsangamouji pour connaître notamment : à l’échelle du bassin agricole d’Acoua, l’organisation des filières dans lesquelles s’intègrent les exploitations sur les parcelles d’Acoua, le contexte historique et socio-économique du bassin agricole concerné, les potentialités de soutien des agriculteurs dans l’évolution de leurs pratiques culturales.
Il sera en particulier attendu :
– La cartographie des occupations agricoles et la définition de leur typologie ;
– Un état des lieux de l’activité agricole sur les parcelles, intégré à leur contexte historique et socio-économique à l’échelle du bassin agricole ;
– L’analyse de la potentielle propension des occupants aux changements en vue de modifier leurs pratiques culturales pour une adéquation avec la préservation ou le rétablissement d’un couvert forestier.
Pour ce faire, les éléments suivants seront mis à disposition du stagiaire :
– Imageries aériennes récentes des parcelles d’Acoua
– Premier listing de contacts, à compléter au cours des entretiens
– Un véhicule pour les déplacements sur le terrain
– Un traducteur pour les entretiens
3 PROFIL SOUHAITE :
• Etudiant ingénieur agronome, maîtrise des techniques d’entretiens semi-directifs
• Une expérience dans un DOM ou un pays en développement serait un plus
• Permis B indispensable
• Maîtrise des outils de bureautique et de SIG
4 CONDITIONS
Le stagiaire sera accueilli par l’Agence Territoriale de Mayotte de l’ONF selon les modalités suivantes :
– Lieu d’accueil : Coconi (Mayotte)
– Responsable de stage : Annabelle MORCRETTE, responsable du pôle aménagement et biodiversité (annabelle.morcrette@onf.fr ; 0639692766)
– Période et durée du stage : 6 mois – possibilité dès juin 2022 ; possibilité de répartir la durée sur deux stages (2A et premier stage de césure, par exemple). Quelle que soit la nature du stage, il sera demandé au stagiaire de rendre compte de son travail dans un rapport final à restituer à l’issue de la période de stage.
– Durée hebdomadaire de présence : 35h ; potentiels besoins de travailler le week-end
– Rémunération : indemnités légales de stage
– Un billet d’avion aller-retour pris en charge

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: annabelle.morcrette@onf.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.