CONTEXTE

L’augmentation actuelle de l’érosion de la biodiversité semble marquer la 6ème extinction de masse des espèces. Les effets combinés du changement climatique et de la destruction des habitats menacent la survie de nombreuses populations de végétaux, pouvant entraîner la disparition de nombreux services fournis par les écosystèmes.

Les leçons tirées des changements climatiques passés ont cependant montré que les espèces sont capables de faire face au changement climatique, en modifiant leur répartition par exemple. Pendant les périodes où le climat était inadapté à leur survie, des espèces végétales ont survécu dans de petites zones qui leur ont servi de refuge. Aujourd’hui, il existe de nombreuses preuves que les espèces déplacent leur distribution vers les pôles et/ou vers les sommets en réponse au réchauffement climatique. Nous nous attendons donc à ce que les montagnes (de par la diversité des conditions climatiques qu’on y rencontre) abritent de nombreux refuges pour les espèces au cours du 21ème siècle alors que le climat ne devrait cesser de se réchauffer.

Le stage de recherche a pour objectif d’identifier de potentiels refuges pour la biodiversité végétale face aux futurs changements climatiques attendus dans les Pyrénées, une chaîne de montagne caractérisée par deux flores distinctes. Pour ce faire, le ou la candidate modélisera la répartition de la biodiversité végétale et effectuera des analyses spatiales pour identifier les potentiels refuges de la biodiversité au 21ème siècle. Ces analyses permettront d’apporter de premières réponses à la question : les refuges climatiques Pyrénéens permettront-ils de préserver la biodiversité du sud de l’Europe au 21ème siècle ?

OBJECTIFS ET ACTIVITÉS DU STAGIAIRE
Q1 – Quelle part de la diversité végétale Pyrénéenne actuelle sera menacée par le changement climatique attendu au 21ème siècle ?
Le stagiaire homogénisera et nettoiera les données d’occurrence des plantes provenant de différentes sources. Puis, le stagiaire ajustera des modèles de niche écologique pour identifier les conditions environnementales où les espèces sont présentes. Ces modèles seront ensuite projetés sous l’effet du changement climatique attendu au 21ème siècle selon plusieurs scénarios climatiques et de dispersion (éventuellement en utilisant une approche de modélisation dynamique, à partir du modèle simRShift par exemple).

Q2 – Dans quelle mesure le topoclimat et le microclimat atténuent-ils l’effet du changement climatique sur les espèces végétales ?
Le stagiaire projettera les modèles de distributions des espèces sous l’effet de conditions climatiques actuelles et futures (issues de scénarios) incorporant les effets du topoclimat (résolution spatiale de 100 à 200 m) et du microclimat (résolution de 25 m), et comparera les prédictions.

Mots-clés : big data, distribution de la biodiversité, changement climatique, refuge.
Compétences désirées :
• Bonne connaissance du langage de programmation R et de la modélisation
• Expérience avec les systèmes d’information géographique (SIG) et les analyses spatiales.

Encadrants : Josep M Serra-Diaz (UMR SILVA, Nancy; pep.serradiaz@agroparistech.fr) et Romain Bertrand (UMR EDB, Toulouse; rbertrand.ecoex.cnrs@gmail.com).
Lieu : Nancy, France.
Laboratoire d’accueil : UMR SILVA, EcoSilva.
Durée : Janvier à Mai/Juin 2022 (5 ou 6 mois).
Languages utilisés durant le stage : Anglais et français
Salaire : selon la loi de rémunération des stagiaires M2.
Websites : UMR SILVA [https://www6.nancy.inrae.fr/silva/], équipe de Josep M Serra-Diaz [serradiaz.info]

Des questions?
N’hésitez pas à nous contacter pour discuter de ce travail, la question de recherche est suffisamment large pour s’adapter aux étudiants souhaitant développer une compétence particulière.

Pour postuler : veuillez télécharger un fichier compressé nommé [NOM_PRÉNOM.ZIP] à https://seafile.agroparistech.fr/u/d/7a9fdcd54b0a4656a276/

Le fichier .zip doit inclure :
• Un CV (2 pages maximum) avec le contact de deux références.
• Une lettre de motivation (1 page maximum) indiquant vos centres d’intérêts ainsi que la manière dont vos compétences et votre motivation permettront de mener à bien le stage.

L’évalulation des candidatures commencera le 15 novembre 2021 et continuera jusqu’à ce que le stage soit pourvu. Une courte entrevue aura lieu à partir de la mi-novembre.

Quelques références sur le sujet de stage :
– Ashcroft, Michael B. « Identifying refugia from climate change. » (2010): 1407-1413.
– Baumgartner, John B., Manuel Esperón‐Rodríguez, and Linda J. Beaumont. « Identifying in situ climate refugia for plant species. » Ecography 41.11 (2018): 1850-1863.
– Bertrand, Romain, Vincent Perez, and Jean‐Claude Gégout. « Disregarding the edaphic dimension in species distribution models leads to the omission of crucial spatial information under climate change: the case of Q uercus pubescens in France. » Global Change Biology 18.8 (2012): 2648-2660.
– Brown, Stuart C., et al. « Persistent Quaternary climate refugia are hospices for biodiversity in the Anthropocene. » Nature Climate Change 10.3 (2020): 244-248.
– Engler, Robin, et al. « 21st century climate change threatens mountain flora unequally across Europe. » Global Change Biology 17.7 (2011): 2330-2341.
– Franklin, Janet, et al. « Modeling plant species distributions under future climates: how fine scale do climate projections need to be?. » Global change biology 19.2 (2013): 473-483.
– Keppel, Gunnar, et al. « Refugia: identifying and understanding safe havens for biodiversity under climate change. » Global Ecology and Biogeography 21.4 (2012): 393-404.
– Lembrechts, Jonas J., et al. « Comparing temperature data sources for use in species distribution models: From in‐situ logging to remote sensing. » Global Ecology and Biogeography 28.11 (2019): 1578-1596.
– Morelli, Toni Lyn, et al. « Managing climate change refugia for climate adaptation. » PLoS One 11.8 (2016): e0159909.
– Serra‐Diaz, Josep M., et al. « Bioclimatic velocity: the pace of species exposure to climate change. » Diversity and Distributions 20.2 (2014): 169-180.
– Zurell, Damaris, et al. « A standard protocol for reporting species distribution models. » Ecography 43.9 (2020):

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: pep.serradiaz@agroparistech.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.