Stage de Master 2 : évaluation de la contribution du compartiment racinaire au stockage de carbone dans les sols au voisinage de haies

Durée : 6 mois
Date de début souhaité : entre le 1er février et le 1er avril 2022

Contexte : dans le contexte actuel de changement climatique, les systèmes agroforestiers sont reconnus comme ayant un bon potentiel pour augmenter la séquestration du carbone dans les sols agricoles (IPCC 2021). Ce potentiel de stockage est encore méconnu et peu quantifié pour les haies, forme d’agroforesterie traditionnelle, largement répandue de par le monde, et notamment au nord‐ouest de l’Europe. Afin de répondre à ces enjeux, une thèse est en cours au sein de l’UMR SAS, à Rennes. Elle vise à évaluer le potentiel de stockage de carbone des haies dans différentes situations pédoclimatiques en France. Ses objectifs spécifiques sont (1) de quantifier les stocks de carbone dans les sols, et (2) de modéliser la dynamique de stockage de carbone au voisinage de haies, en lien avec les apports de matière organique dans ces systèmes et les propriétés des sols. La thèse s’appuie sur 46 sites d’étude (haie + parcelles adjacentes), localisés dans 3 régions françaises. Des données sur la biomasse aérienne produite par les haies sont disponibles sur les sites d’étude. Pour caractériser la dynamique du carbone dans les sols, avoir des informations sur la biomasse aérienne ne suffit pas. Il faut également s’intéresser au système racinaire. En effet, il est estimé qu’entre 20 et 50% du carbone produit par les plantes est apporté au sol par le renouvellement des racines fines (Kuzyakov et Domanski, 2000). Ce stage contribuera donc à documenter l’apport de carbone par le système racinaire dans les systèmes haies – parcelle agricole adjacente.

Missions : l’objectif du stage est d’estimer l’apport de carbone par les racines à travers l’évaluation du taux de renouvellement des racines fines dans le système haie‐parcelle. Ce travail sera réalisé dans 2 des sites d’étude du projet de thèse, l’un en contexte de prairie et l’autre en contexte de cultures annuelles. Deux méthodes seront mobilisées pour quantifier le taux de renouvellement racinaire de manière indirecte (Gill et Jackson, 2000 ; Freschet et al., 2021) : l’extraction de carottes de sol à la tarière à mas racinaire et la méthode dite
“ingrowth core”. Le.la stagiaire aura en charge l’adaptation des protocoles et leur mise en œuvre dans le contexte spécifique de l’étude. Il.elle devra traiter statistiquement les données générées et interpréter les résultats, en s’appuyant sur un travail bibliographique. Il.elle pourra être amené.e présenter ses résultats lors de réunion du projet associé.

Profil attendu : nous recherchons un.e candidat.e de niveau master 2, avec une formation en agronomie, en biologie végétale, ou en sciences du sol. Un goût pour le travail de terrain et de laboratoire sont nécessaires. Des connaissances sur le traitement statistique (logiciel R) sont également appréciées. Permis B souhaité.

Lieu et conditions de stage : le.la stagiaire sera accueilli.e au sein de l’UMR SAS, INRAE, 65 rue Saint‐Brieuc, 35000 Rennes.

Le stage sera gratifié selon les modalités légales.
Il sera encadré par Lucas Lesaint (doctorant) et co‐encadré par Valérie Viaud (chercheure INRAE).

Merci d’envoyer un CV et une lettre de motivation avant le 30/12/2021, à Lucas Lesaint
lucas.lesaint@inrae.fr et Valérie Viaud: valerie.viaud@inrae.fr

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: lucas.lesaint@inrae.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.