En France, les écrevisses autochtones et en particulier sur l’écrevisse à pattes blanches Austropotamobius pallipes sont menacées par les changements globaux malgré la protection de leur habitat. Parmi les facteurs de régression, l’introduction d’espèces d’écrevisses invasives Nord-américaines devient l’un des plus important en raison de la progression de leur aire de distribution. Ces espèces invasives sont porteuses saines de l’agent pathogène Aphanomyces astaci responsable de la peste de l’écrevisse et impliqués dans de nombreux épisodes de mortalité chez les écrevisses autochtones (Becking et al., 2021). Chez A. astaci, 5 génotypes, isolés à partir d’espèces d’écrevisses hôtes différentes ont été identifiées par microsatellites (Grandjean et al., 2014). Ces génotypes montrent des degrés variables de virulence. Dans un contexte de changement climatique, certaines espèces invasives comme Procambarus clarkii, l’écrevisse de Louisiane représentent donc un risque épidémique important au vu de son tropisme et celui de son pathogène (génotype D) pour les eaux chaudes. Face à ce risque épidémique, il est important de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans la réponse immunitaire des écrevisses porteuses saines et des écrevisses sensibles. Chez les Crustacés, l’immunité est basée des réponses cellulaires et humorales mise en place par des cellules de l’immunité innée circulants dans l’hémolymphe appelées hémocytes. Le stagiaire réalisera une étude de l’expression de gènes candidats de la réponse immunitaire sur une cinétique d’infestation des écrevisses d’élevage Astacus astacus (Boštjančić et al., 2021). Plusieurs transcriptomes issus d’écrevisses infectées en condition expérimentale sont disponibles et permettront d’établir une liste de gènes candidats.

Hypothèses testées dans le projet :

La sensibilité des écrevisses autochtone est- elle liée à l’intensité et la rapidité de la réponse immunitaire suite à l’infection ?
Est-ce que les niveaux d’expression des gènes de la réponse immunitaire différent entre individus dans les populations naturelles en fonction leur niveau d’infection ?

Une cartographie d’infection des populations d’écrevisses invasives a déjà été réalisée afin de comparer les niveaux d’expression d’individus infectés et non infectés. Une cinétique d’infection à partir de souches présentant des virulences différentes déjà été réalisée et les tissus des écrevisses infectées ont été préservés à -80°C et seront donc analysés dans au cours de ce stage.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: maud.laffitte@univ-poitiers.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.