Étude du comportement des bousiers.
Background : Les bousiers sont considérés comme des ingénieurs de l’écosystème car ils contribuent au cycle des nutriments en recyclant les excréments à la surface du sol et en mettant les nutriments à la disposition des plantes. Lorsque les Européens ont colonisé l’Australie, ils ont apporté avec eux du bétail. Bien que l’Australie possède une faune diversifiée de bousiers, les bousiers australiens ont co-évolué avec des espèces marsupiales qui produisent des boulettes sèches et fibreuses. Ils ne peuvent pas utiliser les excréments plus humides produits par le bétail. L’accumulation d’excréments à la surface du sol a alors réduit les pâturages disponibles pour le bétail, entraîné une pollution de l’eau et offert un terrain de reproduction aux mouches et aux parasites. De plus, les nutriments restent à la surface du sol et ne sont pas disponibles pour être absorbés par les plantes. Pour ces raisons, des bousiers spécialisés dans les excréments du bétail ont été introduits en Australie depuis l’Europe et l’Afrique depuis les années 1960. Vingt-trois espèces sont désormais établies, mais des lacunes dans l’activité des bousiers subsistent sur le plan géographique et saisonnier. C’est le cas au début du printemps dans le sud de l’Australie, où il n’y a pas de bousiers actifs pour éliminer les bouses de la surface du sol. Un nouveau programme d’importation a donc été lancé en 2018 pour combler ce déficit d’activité en introduisant trois nouvelles espèces. Pour importer une nouvelle espèce avec succès, des recherches sur la biologie et l’écologie de chaque espèce sont nécessaires. Les espèces de bousiers « rouleurs » ont des comportements particuliers qui les rendent plus difficiles à élever dans des conditions de laboratoire. Par exemple, chez certaines espèces, les individus se livrent une concurrence féroce, tandis que chez d’autres, ils se regroupent avant de se disperser. La compréhension de ces comportements contribuera à la connaissance générale de(s) l’espèce(s) cible(s), mais aussi aux conditions nécessaires pour l’élevage.

Objectifs : Les principaux objectifs seront d’évaluer le comportement d’une ou deux espèces de bousiers rouleurs. L’étudiant développera et réalisera des essais dans des conditions de laboratoire pour comprendre les interactions entre les individus. Par exemple, des essais pourront être menés sur l’impact de la densité de bousiers sur les comportements d’accouplement et de combat, ou sur la productivité. Le candidat retenu aura la possibilité de choisir l’orientation du projet avec l’aide des superviseurs.

Profil du candidat : Un(e) étudiant(e) en Master 2 ou Ingénieur ou étudiant(e) « en césure » avec une formation en biologie, écologie ou autres sciences agricoles. Le/la candidat doit avoir un intérêt marqué pour l’entomologie et le comportement animal. Le/la candidat(e) doit être motivé(e), fiable et indépendant(e). Un permis de conduire B serait utile.

Durée du stage : 6 mois (idéalement à partir de 15 mars- 1er Avril 2022)

Lieu : Ce stage sera situé au laboratoire européen du CSIRO (Montferrier sur Lez, 34, près de Montpellier) et sera supervisé par Dr Vincent Lesieur et Alberto Zamprogna.

Allocation : L’étudiant recevra une allocation de ~550 € /mois, selon les directives actuelles.
Veuillez envoyer votre candidature, comprenant une lettre et un CV à Alberto Zamprogna :
alberto.zamprogna@csiro.au

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: alberto.zamprogna@csiro.au

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.