Titre : Reconstruire, comprendre et modéliser la dynamique des forêts subalpines pour favoriser la séquestration du carbone, la conservation de la biodiversité et la protection des infrastructures

Résumé
Contexte — La limite supérieure des arbres est une caractéristique majeure des paysages alpins, résultant de l’interaction de nombreux facteurs. Malgré un déterminisme complexe, l’expansion récente des limites des forêts alpines est largement attribuée aux changements d’utilisation des terres et au réchauffement climatique. Des publications récentes suggèrent que le changement climatique et l’expansion forestière qui en résulte ont déjà eu un impact négatif sur la biodiversité alpine, modifiant de manière significative des fonctions telles que la séquestration du carbone et le cycle des nutriments.
Objectifs — Dans ce projet de thèse, nous prévoyons de quantifier, comprendre et modéliser la dynamique spatio-temporelle des forêts subalpines françaises, depuis le minimum forestier de 1850 jusqu’à leur expansion maximale actuelle. Par ailleurs, nous voulons également quantifier les impacts écologiques de cette dynamique afin de proposer des actions capables d’atténuer ces conséquences négatives (ex. perte de biodiversité), mais aussi de saisir les opportunités qu’elle représente (ex. augmentation de la séquestration du carbone).
Démarche — Notre connaissance de la répartition des forêts françaises repose principalement sur trois sources distinctes (la carte d’État-Major, les BD forêt® versions 1 et 2, et des couches photographiques aériennes) que nous comparerons pour les régions de montagne (Alpes, Pyrénées, Corse). À partir de ces documents et d’un modèle numérique de terrain, nous évaluerons la dynamique spatio-temporelle (expansion et densification) de la forêt subalpine. Cette dynamique sera ensuite analysée et interprétée à l’aide de données économiques, sociales, historiques et environnementales.
Résultats et impacts attendus — Ce projet fournira des résultats essentiels sur la dynamique de la limite supérieure de la forêt, qui est considérée comme un élément clé du paysage alpin, et un marqueur crucial du changement environnemental, mais qui résiste encore à notre compréhension. Ces résultats seront également utilisés pour comprendre l’influence des facteurs humains et environnementaux sur cette dynamique, puis pour prédire la position des zones sensibles où des actions spécifiques pourraient être envisagées, que ce soit pour la conservation de la biodiversité, la séquestration du carbone, ou le maintien des services écosystémiques.

Direction de la thèse
Directeur : Cyrille Rathgeber (UMR Silva, INRAE Nancy – Grand Est, France)
Co-directeur : Laurent Bergès (UMR LESSEM, INRAE Grenoble, France)
Autres membres de l’équipe de direction : Sandrine Chauchard (UMR Silva, Université de Lorraine, France), Nathalie Leroy (UMR Silva, INRAE Nancy – Grand Est) & Jean-Luc Dupouey (UMR Silva, INRAE Nancy – Grand Est)

Profil requis
Le candidat doit être titulaire d’un Master 2 en écologie ou en géographie (obtenu avec mention de préférence) et faire preuve d’une forte motivation pour le sujet. Le candidat devra posséder de solides connaissances en écologie de terrain, en SIG, en analyse de données (de préférence avec R) et en rédaction scientifique. Si possible, il/elle devrait avoir effectué un stage ou un cours d’enseignement supérieur à l’étranger et lire, écrire et parler correctement l’anglais. Il/elle doit également montrer une capacité à construire un raisonnement qui intègre la dimension interdisciplinaire des interactions homme-environnement.

Comment postuler
Le dossier de candidature doit être envoyé par email avant le 30 septembre 2021 à minuit au directeur de thèse (cyrille.rathgeber@inrae.fr), avec copie aux autres membres de l’équipe de direction (laurent.berges@inrae.fr, sandrine.chauchard@univ-lorraine.fr, jean-luc.dupouey@inrae.fr).
Le dossier de candidature doit comprendre : un CV, une lettre de motivation, un projet scientifique d’une page maximum (accompagné d’une liste de références) en rapport avec le sujet proposé, les relevés de notes et diplôme du master, le mémoire de master et éventuellement des lettres de recommandation.
Les candidats intéressés sont invités à contacter le superviseur du doctorat avant de préparer leur candidature afin de vérifier leur éligibilité et d’obtenir plus d’informations sur le projet.
Une première sélection des candidats aura lieu début octobre. Les candidats sélectionnés seront auditionnés par l’équipe de direction mi-octobre.
Le candidat sélectionné devrait commencer sa thèse en novembre 2021 à l’UMR Silva (INRAE Nancy – Grand Est, France).

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: cyrille.rathgeber@inrae.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.