RECHERCHE D’UN CANDIDAT POUR UN DOSSIER DE THESE CIFRE

Efficacité des mesures compensatoires de grands projets d’infrastructure : de l’optimisation des protocoles à la démonstration des effets

DIRECTEUR DE THESE: Aurélien BESNARD, Maître de conférences, UMR5175 Centre d’Écologie Fonctionnelle et Évolutive (CEFE)
EMPLOYEUR : Conservatoire d’espaces naturels d’Occitanie
EQUIPE D’ENCADREMENT ET PARTENAIRES : CEN Occitanie, UMR515 CEFE, OC’Via, DREAL Occitanie,
Localisation du travail de thèse : CEN Occitanie et UMR5175 CEFE, Montpellier

SUJET : Dans le monde occidental, la très importante artificialisation des sols du fait du développement de l’urbanisation et des réseaux linéaires de transport afférents, contribue fortement à la perte de biodiversité. Dans ce cadre du développement d’infrastructures anthropiques, l’évaluation des impacts potentiels sur la biodiversité passe par l’évaluation environnementale à travers la doctrine « Éviter, Réduire et Compenser ». Malgré une utilisation croissante de cette séquence, elle ne permet toujours pas d’atteindre l’objectif d’absence de perte nette de biodiversité, son objectif pourtant affiché. Ainsi, si la Loi biodiversité de 2016 exige une « équivalence écologique de la compensation », ces mesures semblent rarement efficaces pour apporter une réelle contrepartie écologique aux impacts du projet. Des travaux récents pointent aussi la rareté des études empiriques évaluant de manière quantitative l’efficacité des mesures compensatoires. Cette absence d’évaluation rigoureuse ; et la publication des résultats de telles évaluations, qu’ils soient des succès ou des échecs, est un frein majeur au développement de recommandations de bonnes pratiques en termes de compensation pour améliorer son efficacité.
L’objectif de la thèse est d’identifier quels sont les facteurs déterminants dans l’efficacité de mesures compensatoires à travers un ensemble d’exemples visant des taxons différents et des mesures différentes. Contrairement à une approche classique reposant sur une méta-analyse de différents cas d’étude dans différents contextes, l’originalité du travail proposé ici résidera dans le fait d’analyser un ensemble de mesures compensatoires mis en place dans le cadre du même projet d’infrastructure. Cette approche offre le potentiel pour mettre en lumière les conditions de succès ou d’échec des mesures compensatoires de par son homogénéité : homogénéité territoriale, homogénéité de la période d’étude, homogénéité des impacts du projet, homogénéité des acteurs et des pratiques. Cette homogénéité est par ailleurs à mettre en regard de la variation des taxons abordés et de leur écologie (oiseaux, reptiles, insectes, plantes) mais aussi de l’hétérogénéité des surfaces en mesures compensatoire ou du type d’actions mises en œuvre. Ces variations au sein d’un contexte homogène est donc susceptible de faciliter la mise en lumière de facteurs contribuant au succès ou à l’échec des mesures.

La thèse reposera sur l’analyse des données acquises depuis 2012 dans le cadre de différents suivis rigoureux des mesures compensatoires du projet de Contournement ferroviaire Nîmes Montpellier (CNM). Elle s’organisera autour de deux axes principaux :

Axe 1 – Quels sont les facteurs qui contribuent à l’efficacité, ou à l’inefficacité, des mesures compensatoires liées au CNM ?
Dans cet axe, nous analyserons à l’aide d’outils de statistiques modernes l’ensemble des jeux de données disponibles sur les espèces faisant l’objet de mesures compensatoires (Outarde canepetière, Œdicnème criard, cortèges de passereaux, Lézard ocellé, Diane, Proserpine, Magicienne dentelée, Astragale glaux, etc.). Pour cet axe, certaines expérimentations de terrain en sus des protocoles déjà en place seront mises en œuvre. Ces expérimentations auront pour vocation à collecter des données utiles pour comprendre quels sont les mécanismes qui entrent en jeu dans la réponse des espèces aux perturbations mais aussi pour améliorer les pratiques de gestion sur le long terme le cas échéant. Cette méta-analyse permettra de développer une analyse critique des pratiques des mesures compensatoires et de dégager des conseils concrets pour leur mise en œuvre.

Axe 2 – Optimisation de l’évaluation des mesures compensatoires
Dans cet axe nous tirerons parti du fait que des protocoles rigoureux ont été mis en place dès le début de l’étude sur les différents taxons ayant fait l’objet de mesures compensatoires. Nous déterminerons, à l’aide des données obtenues et de simulations, quels sont les protocoles optimaux pour mettre en évidence l’efficacité des mesures compensatoires. Cet axe permettra de réorienter les protocoles de terrain le cas échéant et de définir les bonnes pratiques en termes de suivi dans le but de rédiger d’un guide méthodologique basé sur des exemples et retours d’expériences concrets

Structure employeur
Le Conservatoire d’espaces naturels d’Occitanie (CEN Occitanie) est une association loi 1901, agréé au titre de la protection de l’environnement et par l’Etat et la Région au titre de l’article L. 414-11 du code de l’environnement. Il est impliqué depuis 20 ans dans la mise en œuvre de mesures compensatoires sur le territoire régional pour des projets d’intérêt général (infrastructures de transport majoritairement, mais aussi urbanisation ou carrières par exemple). Le CEN Occitanie est en charge de l’animation et de la mise en œuvre de l’ensemble des mesures compensatoires du projet de Contournement ferroviaire Nîmes Montpellier (CNM). Ces mesures compensatoires ont pour objectif de satisfaire aux exigences de l’Etat dans le cadre de l’instruction de l’étude d’incidences du projet CNM sur le site Natura 2000 « Costière Nîmoise ». Elles s’appuient sur environ 630 ha d’acquisitions et 1000 ha de conventions avec des agriculteurs volontaires. C’est à ce jour l’un des plus importants projets de mesures compensatoires en France, en termes de variété de milieux impactés, de cortèges d’espèces concernées, de maîtrise foncière et de nombre de partenaires.

Profil
Master 2 en écologie, environnement ou gestion de la biodiversité
Appétence et bon niveau en statistiques appliquées et en modélisation
Curiosité et connaissances naturalistes

Candidature
Envoyer lettre de motivation et CV détaillé par email avant le 28 juin 2021 à
aurelien.besnard@cefe.cnrs.fr / lionel.pirsoul@cen-occitanie.org / olivier.scher@cen-occitanie.org

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: aurelien.besnard@cefe.cnrs.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.