Les paysages côtiers mondiaux sont en constante transformation par la construction d’infrastructures (digues, jetées) afin de répondre à des demandes croissantes d’activités économiques, résidentielles, etc. L’environnement naturel côtier est morcelé par les constructions humaines empiétant sur les habitats écologiques des zones intertidales. Ce caractère est particulièrement marqué sur les côtes de la Manche pour lesquelles le marnage est élevé.

Dans ce contexte, l’objectif principal du Projet CHERLOC (2020-2022) est de créer et d’étudier deux sites pilotes en région Normandie en intégrant
deux types de blocs artificiels à des digues
existantes (Cherbourg, Ouistreham) à travers
ProjetCHERLOC : étudecomparatived’unlinéairecôtierprotégépardesblocsartificielsà travers des approches sociétales, de biodiversité et d’ingénierie.
des approches d’acceptabilité sociale, de biodiversité et d’ingénierie côtière Ce projet multidisciplinaire implique une entreprise régionale de travaux maritimes (MARC SA), un bureau d’étude en ingénierie (ARTELIA), une école d’ingénieurs (ESITC Caen), trois laboratoires de recherche de l’Université de Caen Normandie (CERREV, BOREA, M2C) et Ports de Normandie. Des conditions hydrodynamiques sévères impliquent l’emploi
de blocs de béton (BCR, ACCROPODETM, …) à la place d’enrochements naturels afin d’assurer unestabilitéhydrauliquedel’ouvragedeprotectionetégalementdelimiterlesfranchissements.Un bloc de carapace (DOUBLE-CUBE) a été développé au sein du laboratoire M2C. Ce bloc possède de nombreux atouts (performance, facilité de pose, multi-usages) cependant il n’a pas encore atteint le stade de démonstrateur industriel. De même, ARTELIA a conçu une nouvelle génération de blocs de pied pour les digues à talus : les ACCROBERMTMII. Le bloc de pied ACCROBERMTMII, se substitue à la butée de pied (stabilisation de la carapace) grâce à sa forme circulaire. Du fait de sa forme creuse, sa stabilité est également assurée par un remplissage à l’aide d’enrochements. Plusieurs avantages environnementaux émergent alors (emprise limitée sur les fonds marins, impacts environnementaux indirects limités, interactions avec la biodiversité). Sera réalisée une étude comparative de la biodiversité d’un linéaire côtier protégé par des enrochements artificiels ou naturels à travers des approches écosystémiques sur macro-flore, macrofaune et biofilms de micro-algues.

ujet du stage : Diversité de la faune benthique des substrats meubles et durs des zones expérimentales de Cherbourg et de Ouistreham du projet CHERLOC

Description du stage
L’objectif principal du stage est de considérer les blocs artificiels en tant que support (quantité, qualité) favorisant la biodiversité animale marine. Il apparait important d’améliorer la conception de ces ouvrages et de parvenir à en faire des vecteurs de conception d’infrastructures à biodiversité augmentée.
• Une première partie du stage consistera à échantillonner les organismes benthiques des substrats meubles et durs (blocs artificiels et roches naturelles) au niveau de la digue de Ouistreham et de Cherbourg. Cet échantillonnage sera réalisé au niveau du médiolittoral supérieur, moyen et inferieur en hiver-début du printemps 2022 ;
• Une deuxième partie du stage se déroulera en laboratoire. Il/elle triera et identifiera les organismes collectés lors des sorties terrains de novembre 2021 puis ceux de 2022 ;
• Une troisième partie de traitement des données durant laquelle l’étudiant(e) effectuera les analyses statistiques des données précédemment collectées afin de tester s’il existe des différences significatives entre les substrats durs naturels et artificiels, en termes de richesse en espèces et abondance.

INFORMATIONS PRATIQUES
Organisme d’accueil : Laboratoire M2C, (Morphodynamique Continentale et Côtière, UMR CNRS, 24 rue des Tilleuls, F-14000 CAEN)
Localisation : Normandie Université UNICAEN, Esplanade de la Paix, 14032 Caen, France
Le stage sera encadré par Aurore Raoux, chargée de recherches Université de Caen, Jean-Claude Dauvin, Professeur Emérite de l’Université de Caen Normandie et Jean-Philippe Pezy, chargé de recherches CNRS
Compétences particulières
• Connaissances du milieu marin et de l’écologie ;
• Esprit de synthèse et force de proposition ;
• Autonomie, sens du travail en équipe ;
• Rigueur ;
• Connaissance de l’anglais scientifique
• Qualité rédactionnelle de documents en français.

Merci d’envoyer votre candidature (CV, références d’au moins deux personnes pouvant éclairer le jury sur votre candidature ainsi qu’une lettre de motivation) avant le 23 novembre 2021:
Aurore RAOUX 24 rue des Tilleuls, F-14000 Caen
Mobile: 33 (0)6 23 80 68 21
E-mail : aurore.raoux@unicaen.fr
Mettre en copie : jean-claude.dauvin@unicaen.fr ; jean-philippe.pezy@unicaen.fr
Une audition des candidatures sera réalisée (en présentiel ou en visio).

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: aurore.raoux@unicaen.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.