Description du projet
L’aquaculture d’algues augmente dans le monde entier, y compris sur la côte du Canada atlantique, le
Québec et la Nouvelle-Écosse étant les pionniers de cette nouvelle économie verte. Plus qu’une
séquestration croissante de CO2, les algues ont plusieurs produits potentiels à haute valeur ajoutée, allant
de l’alimentation pour la consommation humaine, des extraits pour nutraceutiques et cosmétiques, des
ingrédients pour compléments de santé naturels, ainsi que des engrais agricoles. Sur la côte est du Canada,
la culture des algues est une industrie nouvelle et encore à ses balbutiements. L’algue la plus couramment
cultivée est la laminaire sucrée Saccharina latissima et il existe de nombreuses lacunes dans les
connaissances concernant l’avenir de cette économie, en particulier en ce qui concerne le changement
climatique.
Les lacunes dans les connaissances incluent l’écologie de la laminaire sucrée et les relations
morphologiques avec les conditions environnementales et les mécanismes à l’origine des performances
de culture ainsi que l’origine des souches. En raison de la réglementation, toutes les souches destinées à
la culture doivent provenir de géniteurs locaux. Cependant, certaines souches peuvent être plus
performantes que d’autres et peu de chose sont connus sur la répartition géographique des populations
de la laminaire sucrée et leur flux génétique. Cette proposition de bourse postdoctorale se concentrera
sur la définition de la diversité génétique (SNP génotypage ace DartSeq) et des limites de population au
sein de sites situés dans diverses parties du Québec et de la Nouvelle-Écosse (et potentiellement plus
larges en Atlantique) ainsi que le flux génétique potentiel. La génétique en fonction des conditions
environnementales aidera également à comprendre le morphotype observé entre les régions.
Le partenaire académique de cette bourse sera la professeure France Dufresne (UQAR). La Pr Dufresne
possède une connaissance approfondie de la biologie évolutive et a travaillé sur le génotypage de la
laminaire sucrée. De plus, ce projet s’intègre dans un programme de collaboration plus large avec le CNRC
et Merinov au sein du groupe Super grappe des océans. Le programme plus large vise à identifier le
morphotype et le potentiel de performance de certaines populations et/ou souches pour la culture dans
le contexte du changement climatique et développer une banque de souches. La définition de la génétique
des populations et de la diversité fournira des informations importantes sur la portée du projet plus vaste.

Mandat et principales tâches
Le(a) stagiaire postdoctoral(e) aura la responsabilité de l’échantillonnage et des analyses phénotypiques,
génétiques et nutritionnelles des algues ainsi que du recueil de données environnementales. Le mandat
comprend également l’analyse génétique des populations et l’évaluation de la relation entre ces
populations et les facteurs abiotiques / phénotypiques. Il(elle) sera sous la supervision de l’enseignantechercheuse France Dufresne de l’UQAR et de la chercheuse industrielle Flora Salvo chez Merinov.
Exigences
• Doctorat en génétique de population ou biologie moléculaire
• Expertise en gestion de projet et coordination d’équipe
• Travail en équipe
• Expertise en gestion de données, bio-informatique, analyse génétique de populations
• Expertise en analyses multifactorielles
• Expérience dans l’écriture d’articles scientifiques
• Bilingue français-anglais est un atout
• Expérience en échantillonnage côtier est un plus.
• Plongeur scientifique est un bonus
Conditions
• Emploi à plein temps, Rimouski et Gaspésie
• 18 mois
• Déplacements au Québec et en Nouvelle-Écosse.
• Stage rémunéré
Pour information
Flora Salvo, chercheuse industrielle
Flora.salvo@merinov.ca
418 361 2639
Pour postuler

Accueil

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: flora.salvo@merinov.ca

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.