Contexte
L’imperméabilisation ou scellement des sols – c’est-à-dire l’action de couvrir le sol par un matériau imperméable – est l’une des premières causes de dégradation des sols et des écosystèmes en Europe avec de multiples impacts environnementaux. Ainsi, le phénomène de scellement limite la présence de la nature en ville, augmente les risques d’inondation et affecte négativement la biodiversité, le microclimat urbain et la recharge des nappes souterraines. La très faible perméabilité des matériaux de couverture entraîne une diminution du rafraîchissement apporté par l’évaporation directe du sol ou par la transpiration des surfaces végétales.
Le descellement des espaces apparaît alors comme un levier d’action prometteur et
indispensable pour optimiser le fonctionnement de l’écosystème urbain, mais les modalités d’action et leur efficacité restent encore à analyser.
L’enjeu scientifique principal consiste à étudier comment une renaturation d’espaces en
ville, suite à des opérations de descellement peut concourir à la conservation de la biodiversité, au rafraîchissement urbain, et à l’amélioration du confort thermique.
Des actions de descellement apparaissent de façon ponctuelle au détour de quelques
opérations urbaines : mise en place de terre-plein central de voirie, désimperméabilisation des cours d’école, remplacement de matériaux imperméables par des revêtements plus perméables sur parking, trottoirs, voire en pied d’arbre. Mais le manque d’outils et de méthodes se fait alors ressentir pour sélectionner les surfaces à desceller en adéquation avec les objectifs de renaturation recherchés. Connaître, choisir et optimiser de façon efficiente les espaces à modifier pour atteindre une réelle amélioration du confort thermique, tout en favorisant la biodiversité, nécessite l’acquisition de connaissances. Le processus de végétalisation progressive d’une surface descellée a été assez peu étudié ainsi que les effets de zones descellées volontairement plantées sur le microclimat urbain.

Description du sujet de thèse
Ce sujet de thèse est un projet pionnier qui se fait en adéquation avec les besoins des
aménageurs mais qui affiche un objectif de recherche finalisée clairement identifié.
L’objectif général de ce travail de thèse, à partir de la typologie de descellement et de
végétalisation et des éventuels verrous associés, est d’analyser la capacité de solutions de descellement à rendre des services de support de biodiversité et de régulation du climat local pour des territoires urbains, en caractérisant sur plusieurs années:
– le développement d’une végétation spontanée ou introduite sur un sol descellé
– la contribution du sol et de la végétation (spontanée ou non) sur les services
climatiques (évaporation, transpiration, ombrage) rendus en termes d’amélioration du
confort thermique humain, notamment via la production d’indices et d’indicateurs issus de mesures microclimatiques et éventuellement de la modélisation.
Pour atteindre ces objectifs, les étapes suivantes seront réalisées au cours de la thèse :
– Etat de l’art sur le descellement et ses effets sur la diversité de la végétation et
l’évolution du climat local,
– Pré-sélection de sites à desceller pour l’étude, en fonction critères climatiques,
d’occupation du sol, et de fragilité des populations vis à vis des canicules,
– Mise en place et suivi de pilotes de terrain avec opérations de descellement ;
caractérisation des processus de végétalisation et de l’effet sur le microclimat et le confort thermique
– Analyse et valorisation des résultats, rédaction du manuscrit de thèse.

Laboratoire d’accueil
L’accueil se fera à Angers dans l’unité de recherche EPHor (Environnement Physique de
la plante Horticole) en collaboration avec l’UMR BAGAP (Biodiversité, AGroécologie et
Aménagement du Paysage).

Financement
La bourse de thèse (conforme à l’arrêté du 11 octobre 2021) sera versée par l’institut Agro-Agrocampus Ouest et financée par l’entreprise idverde qui délègue une mission de recherche à l’institut Agro.

Profil des candidats
Ingénieur ou Master 2 en agronomie, bioclimatologie, écologie ou sciences de
l’environnement.
Le candidat doit avoir un goût pour la recherche, être capable de travailler en équipe, sur le terrain et en laboratoire. Il doit également faire preuve d’une bonne maîtrise de l’anglais et d’un bon relationnel.

Modalités de candidature
Un dossier de candidature est demandé. Il se compose d’un CV, d’une lettre de motivation, d’un relevé de notes de M1 et de M2 (semestre 9) avec si possible le rang de classement.

Le dossier doit être envoyé en format électronique jusqu’au vendredi 19/11/2021 à :
– Laure VIDAL-BEAUDET, et Sophie HERPIN Unité EPHor, Agrocampus Ouest Campus
d’Angers, l’institut Agro. Laure.beaudet@agrocampus-ouest.fr, sophie.herpin@agrocampus-ouest.fr,
– Hervé DANIEL et Adeline BULOT, UMR BAGAP, Agrocampus Ouest Campus d’Angers,
l’institut Agro, herve.daniel@agrocampus-ouest.fr, adeline.bulot@agrocampus-ouest.fr,

DEMARRAGE DE LA THESE PREVU A L’ISSU DU RECRUTEMENT

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: adeline.bulot@agrocampus-ouest.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.