Où : Laboratoire d’Ecologie Alpine, Grenoble, France

Quand : Début 2022

Pour qui : Étudiant/e en biologie, écologie, sciences de l’environnement ou équivalent

Les invasions biologiques sont un problème majeur de l’anthropocène. À cause de la
mondialisation, de plus en plus d’espèces sont transportées autour du globe et ont la possibilité d’établir de nouvelles populations loin de leurs habitats d’origine. Ces espèces peuvent perturber des écosystèmes natifs et réduire la biodiversité locale. Mais toutes les espèces exotiques n’ont pas la même probabilité de devenir invasives ; quelques-unes en sont plus susceptibles que d’autres. Certaines caractéristiques, comme une reproduction rapide ou une bonne capacité de compétition par exemple, pourraient donner un avantage pendant le processus de colonisation.

Cependant, les mouvements d’espèces ont commencé bien avant l’apparition de l’Homme. Parmi les dispersions naturelles les plus célèbres on trouve les singes du nouveau Monde (Platyrrhini) qui ont probablement traversé l’Atlantique depuis l’Afrique pour coloniser l’Amérique du Sud il y a 40 million d’années, et le grand échange faunistique interaméricain durant lequel la faune terrestre a migré d’Amérique du Nord vers l’Amérique du Sud et inversement.

Existe-t-il un lien entre les mouvements biogéographiques passés et les invasions actuelles ? Les espèces qui sont invasives aujourd’hui sont-elles descendues de lignées qui avaient beaucoup bougées dans le passé ? Et si oui, pourquoi ? Ont-elles des traits similaires qui les aident à s’implanter dans de nouveaux environnements ? Dans ce projet, le but est de répondre à ces questions avec un modèle statistique récemment développé (BioGeoBEARS, Matzke 2013) qui permet de mettre en lien les capacités d’invasion des espèces aujourd’hui avec les mouvements biogéographiques de leurs ancêtres. Des connaissances basiques de programmation en R sont nécessaires pour utiliser ce modèle.

Modalités de candidature
Envoyez votre candidature, comprenant un CV et une lettre de motivation (en un seul fichier PDF), à Laure Gallien (laure.gallien @univ-grenoble-alpes.fr ) et Sarah Weil (sarah-sophie.weil@gmx.de). Les candidatures seront évaluées au fil de l’eau, mais pas plus tard que le 15 Décembre 2021.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: laure.gallien @univ-grenoble-alpes.fr, sarah-sophie.weil@gmx.de

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.