Sujet de stage de césure :
Mise en place d’un dispositif expérimental d’étude des relations de compétition et d’allélopathie entre les Marantacées et les jeunes ligneux au Nord Congo

Contexte et objectifs du stage :
Les forêts à Marantacées sont des formations d’apparence dégradée couvrant de vastes zones en Afrique centrale. Ces forêts sont utilisées par les populations locales et sont essentielles pour certaines espèces telles que les gorilles (Gorilla gorilla) ou les éléphants de forêt (Loxodonta africana cyclotis). Elles abritent cependant une faible diversité floristique et un faible stock de carbone (Gillet 2013). Elles sont caractérisées par un sous-bois très dense et continu composé d’herbacées géantes de l’ordre des Zingibérales (White and Abernethy, 1996). L’abondance de ces herbacées entraîne un déficit de régénération des arbres visible par la faible présence d’individus dans la strate intermédiaire et par une canopée ouverte à peu fermée (Kouka 2004).
Ce déficit de régénération peut être expliqué par une forte compétition entre les Marantacées et les jeunes ligneux. En effet, le feuillage important des herbacées géantes limite l’accès à la lumière des jeunes pousses et les rhizomes des herbacées forment un réseau dense qui s’étend en surface du sol. Des études ont également montré qu’un modèle d’inhibition correspondrait bien à la relation entre Marantacées et jeunes ligneux (Brncic 2002). Les Marantacées produiraient des composés allélopathiques empêchant la germination et/ou la pousse des ligneux, même si cela n’a jamais été démontré.
Il est donc important de comprendre le rôle des Marantacées dans la faible régénération des ligneux en forêts à Marantacées. Cela permettra de tester si les formations à Marantacées se maintiennent sur le long terme et si elles sont en cours d’expansion au détriment des forêts denses.
Ce projet de stage s’inscrit dans une étude visant à comprendre la faible régénération des arbres en forêts à Marantacées, en explorant les relations entre Marantacées et jeunes ligneux sur les plans de la compétition pour l’espace et les ressources, et de l’inhibition chimique. L’objectif est de mettre en place un dispositif expérimental en pépinière (hors de la forêt) pour suivre la germination de 4 espèces ligneuses en présence / absence de Marantacées.

Plus précisément, il s’agira de :
(i) Se rendre à Pokola, au Congo pour lancer le dispositif expérimental en pépinière,
(ii) Veiller à la bonne application du protocole par les techniciens de la pépinière,
(iii) Effectuer des mesures sur les graines et les jeunes pousses d’arbres.
Le démarrage du stage se fera au laboratoire à Montpellier. L’étudiant.e se rendra ensuite sur le terrain, accompagné.e d’une doctorante de Montpellier, puis poursuivra en autonomie pendant près d’1 mois.

Profil et compétences recherchés :
– Étudiant.e en écologie/foresterie ou en école d’ingénieur.e agronome, niveau L3 minimum, désirant réaliser un stage d’été,
– Connaissances en écologie et en foresterie,
– Expérience et/ou goût du travail de terrain en conditions relativement sommaires,
– Capacité à appliquer un protocole scientifique avec rigueur et à l’adapter si besoin,
– Capacité à dialoguer avec une équipe et à expliquer un protocole scientifique.

Durée : 2 mois entre fin Juin et début Août 2022.

Localisation : l’étudiant.e sera basé.e à l’UMR AMAP à Montpellier. Une phase de terrain entièrement prise en charge par le laboratoire (billets d’avion compris) aura lieu en Juillet au Nord du Congo (Brazzaville) pour une durée d’environ un mois.
Contact et candidature : les candidatures (CV + lettre de motivation) sont à envoyer à juliette.picard@ird.fr , sylvie.gourlet-fleury@cirad.fr et maxime.rejou@ird.fr

Références :
Brncic, T. 2002. Ecology and patch dynamics of Megaphrynium macrostachyum (Benth.) Milne-Redh. (Marantaceae) in the south-west Central African Republic. Oxford Forestry Institute and Linacre College, Oxford University, Oxford, UK.
Gillet, J.-F. 2013. Les forêts à Marantaceae au sein de la mosaïque forestière du Nord de la République du Congo : origines et modalités de gestion. Université de Liège, Liège, Belgique.
Kouka, L. A. 2004. Régénération des espèces ligneuses en forêt du Parc national d’Odzala (Congo-Brazzaville). Acta Botanica Gallica 151 (3), 293-309.
White, L., and K. Abernethy. 1996. Guide de la végétation de la Réserve de la Lopé. Ecofac Libreville

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: juliette.picard@ird.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.