Le projet ANR Amazonian Landscape in Transition (ALT, P.I. Jerome Chave UMR EDB) recherche des stagiaires de césure pour 6 mois ou plus (la date de début est flexible) pour installer des parcelles de forêt en Amazonie. Dans ce but, nous allons inventorier et cartographier tous les arbres de plus d’un cm de diamètre à hauteur de poitrine. Ces parcelles permettront d’étudier la biodiversité des plantes de sous-bois, leur démographie et la relation entre la plante et le sol. Les données seront également utilisées pour calibrer les modèles de dynamique forestière. Les étudiants mesureront et échantillonneront arbres de plus de 500 espèces de forêts pluviales.

Il s’agit d’un stage de terrain, avec un travail répétitif dû principalement à l’installation et à la mesure d’arbres forestiers. Ce travail permettra néanmoins à l’étudiant d’acquérir une grande connaissance de l’écologie de la forêt amazonienne, tout d’abord en développant une connaissance pratique de la botanique tropicale. L’Amazonie est l’un des systèmes les plus riches en biodiversité de la planète, et les stagiaires apprendront à discerner les familles, les genres et les espèces de plantes en travaillant aux côtés de botanistes de terrain.

Le stagiaire aura :
– Expérience, capacité d’adaptation et compétence pour le travail de terrain en forêt tropicale humide, dans un environnement isolé et confiné
– Goût et aptitude physique pour le travail de terrain en forêt en conditions difficiles (pluie, chaleur, parasites), y compris sur des périodes pouvant aller jusqu’à vingt jours
– Rigueur scientifique dans la collecte et la gestion des données
– Autonomie et capacités organisationnelles
– Connaissances de base ou passion pour la botanique
– Aptitude au travail en équipe

Le projet compte de nombreux partenaires à travers quatre unités mixtes de recherche (AMAP, EDB, LEEISA, CESBIO et ECOFOG) et est dirigé par le PI Jérôme Chave. Le work package 2 «Understory plant monitoring and dynamics» dont fait partie les inventaires forestiers est coordonné par Géraldine Derroire (UMR EcoFoG) et Elodie Courtois (UMR LEEISA). Le travail de terrain sera organisé par Giacomo Sellan (UMR LEEISA). Le stagiaire travaillera en lien avec l’ensemble de l’équipe de terrain . Il/elle sera amené(e) à travailler sur les deux stations de recherche du projet.
Paracou est accessible par la route à quarante minutes de Kourou. Pendant le travail à la station de Paracou, l’opérateur vivra sur place pendant quatre jours par semaine avec l’ensemble de l’équipe de terrain. La semaine de travail (35h) se fera donc sur 4 jours et non sur 5. Les conditions seront : dormir en hamac avec moustiquaire, électricité limitée, sanitaires avec eau froide seulement. Pendant la collecte botanique, les après-midis seront utilisés pour faire et stocker les échantillons d’herbier ou l’identification des plantes.
Les Nouragues est une station forestière isolée. L’accès à cette station ne sera possible que par hélicoptère (1/2h) ou par pirogue (5h). Une bonne capacité à gérer l’isolement est donc nécessaire. Pendant les missions sur le terrain à la station des Nouragues, l’opérateur vivra sur place pendant les vingt jours de la mission et travaillera du lundi au samedi. Les conditions et les heures de travail sont les mêmes que pour Paracou. Après chaque mission de 20 jours, l’opérateur aura 10 jours de repos (dimanches inclus).  
Les frais de nourriture sur le terrain seront couvert par le projet (ticket restaurant et/ou achat directement par le projet). Il y aura la possibilité de louer une chambre sur le campus de Kourou et le vol de la France à la Guyane sera couvert par le projet.
Pour candidater, merci d’envoyer un CV ainsi qu’une lettre de motivation à Giacomo Sellan (giacomo.sellan@cnrs.fr). Les candidatures seront considérées au fil de l’eau.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: giacomo.sellan@cnrs.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.