> Vous serez accueilli(e) au sein de l’unité de recherche INRAE « Ecosystèmes aquatiques et changements globaux » (EABX). Les recherches menées au sein de cette unité visent à acquérir les connaissances, à construire les méthodes et à mettre au point les outils pour caractériser et comprendre l’état et la dynamique des écosystèmes aquatiques continentaux (estuaires, lacs, rivières), en évaluant les réponses de ces écosystèmes ou de ces espèces (poissons migrateurs amphihalins et végétaux aquatiques) aux pressions anthropiques (pêche, fragmentation des milieux, contamination, changement climatique). Vous intègrerez en particulier l’équipe ECOVEA (Ecologie des communautés végétales aquatiques et impacts des pressions multiples) qui focalise ses recherches sur les végétaux aquatiques.
Vous remplirez une mission temporaire d’ingérieur(e) d’étude mobilisant des connaissances en écologie des communautés de diatomées des cours d’eau, en bioindication et en biostatistiques. Sous la direction de deux chercheurs, votre mission s’effectuera dans le cadre d’un contrat de recherche subventionné par Aquaref (« Révision des profils écologiques de l’IBD et de l’IDA ») et présenté ci-après.

Afin de continuer d’assurer une fiabilité de l’évaluation compatible avec les exigences de la DCE, il est devenu nécessaire de réviser les profils écologiques des espèces clés utilisées dans le calcul d’indices diatomiques, en particulier de l’IBD sur le territoire métropolitain et de l’IDA aux Antilles. En effet, l’évolution temporelle à la fois de la biodiversité diatomique des cours d’eau (par exemple, arrivée sur le territoire de nouvelles espèces) et de la taxonomie (création de nouvelles espèces à partir d’un complexe taxonomique initial) rend en partie obsolète la liste d’espèces-clés et de leurs profils indiciels, établie en 2007 pour l’IBD. Dans le cas de l’IDA, outil de genèse assez récente mis au point aux Antilles dans un contexte biogéographique initialement mal connu, l’indice nécessite d’être stabilisé à partir d’une assise plus importante de données, issues des campagnes de surveillance mises en œuvre depuis sa création. En effet, certains profils spécifiques construits avec une assise encore assez faible de données disponibles méritent à ce stade d’être consolidés. D’autre part, de nouvelles espèces ont été répertoriées au fur et à mesure des campagnes de réseaux de surveillance et il est nécessaire aujourd’hui de leur attribuer un profil écologique.

> Vous serez plus particulièrement en charge de :

– la récupération des données disponibles concernant les flores diatomiques et la physico-chimie associée pour la métropole et les Antilles ; nettoyage et stockage de ces données ;
– la détermination de la liste actualisée des espèces clés pour les deux indices, et mise à jour de leurs profils écologiques ;
– la comparaison des résultats d’évaluation de l’état écologique à partir des versions initiales et revues des deux indices.

> Formation recommandée : Master 2 en écologie ou biostatistiques appliquées à l’écologie

> Connaissances souhaitées :
• Bonnes connaissances en écologie aquatique, bioindication
• Aptitude au requêtage sur diverses bases de données (notamment via langage SQL)
• Solides connaissances et compétences en traitements statistiques sous R
• Capacité rédactionnelle (rapport technique)
• Maîtrise de l’Anglais scientifique

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: juliette.rosebery@inrae.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.