Dans le cadre d’un projet visant à utiliser de nouvelles technologies et l’intelligence artificielle pour réaliser des inventaires de biodiversité automatisés, nous sommes à la recherche d’un ingénieur d’étude en écologie avec la double compétence : naturaliste de terrain et informatique.
La personne retenue aura de très bonnes connaissances sur au moins un des taxons suivants : oiseaux, orthoptères, anoures, chiroptères, grand ongulés, hyménoptères et a minima des connaissances basiques sur les autres taxons.
Le candidat aura une expérience en photographie naturaliste et/ou prise de sons, en particulier une expérience dans l’utilisation de pièges photos et pièges à son serait un plus.
Idéalement, le candidat sera aussi très à l’aise avec les outils informatiques (constitution et gestion de bases de données, annotation d’images et de sons, programmation basique).
Des connaissances ou une expérience en conservation, SIG, agroécologie, acoustique ou intelligence artificielle seraient un avantage.

Le candidat sera amené à :
– déployer et maintenir des capteurs acoustiques et des pièges photographiques
– regrouper, nettoyer et gérer les données
– co-encadrer des étudiants de M2
– réaliser des inventaires avec des méthodes traditionnelles (e.g : points d’écoute).

De bonnes capacités en gestion projets et organisation du travail en équipe sont fondamentales. De nombreux déplacements en Occitanie Ouest sont à prévoir.
Sur l’année, le temps de travail sur le terrain et au bureau sera à peu près équivalent. De bonnes capacités d’adaptation aux conditions de terrain et de la patience et méticulosité pour le traitement des données sont donc nécessaires.
Le candidat pourra également participer à des expériences en psychologie environnementale sur la formation de connaissances naturalistes et le lien entre biodiversité et connexion à la nature.
Le candidat aura l’opportunité de travailler avec des chercheurs de 6 laboratoires (CNRS, INRAE), des naturalistes locaux, des entreprises, des acteurs de la conservation et des agriculteurs. Un contact humain facile et de bonnes capacités de communication avec différents publiques serait donc un plus.
Le poste sera situé à Toulouse au sein du laboratoire d’écologie fonctionnelle et environnement, mais un détachement au moins une partie de l’année sur l’Ariège à la station d’écologie expérimentale et théorique de Moulis est envisageable. Hors période de terrain le télétravail sera envisageable selon les conditions sanitaires et la réglementation du laboratoire d’accueil.
Pour candidater, envoyer un cv et un court email de motivation à Maxime Cauchoix (mcauchoixxx@gmail.com). Début du contrat en Octobre 2021 pour 10 mois, renouvelables.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: mcauchoixxx@gmail.com

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.