Les pesticides d’origine agricole sont des contaminants majeurs des sols et des eaux, tout particulièrement en milieux insulaires où l’agriculture intensive est développée. Dans ce contexte, les objectifs du Grenelle de l’Environnement et de la directive-cadre sur l’eau (DCE) visent à réduire les couples pressions-impacts sur les milieux.
Le stage s’inscrit dans le cadre du projet « Territoires Durables » en Martinique. Ce projet propose de développer et mettre en œuvre avec les acteurs des territoires (exploitants agricoles, organisations de producteurs, instituts techniques, chambres d’agriculture et autres utilisateurs du territoire) une démarche de conception de systèmes innovants visant à l’arrêt des pesticides en considérant les différentes échelles (parcelle, exploitation agricole, bassin versant).
Un des axes d’étude consiste à étudier des outils qui permettront d’interagir entre acteurs. Ces outils peuvent et doivent s’articuler entre eux pour aboutir à une réflexion commune sur les évolutions des systèmes agricoles et leurs performances.
La macrofaune saprophage vit dans le sol et consomme la matière organique morte. Ces organismes sont donc exposés aux molécules phytosanitaires par contact direct (voie externe) ou par ingestion (voie interne) de végétaux morts comme par exemple des résidus d’adventices détruites par les herbicides. Selon leur mode de vie et leur régime alimentaire, les organismes du sol ne seront pas exposés de la même manière à ces polluants. Les vers de terre et les escargots, de par leur tégument perméable (muqueuse), peuvent être contaminés par voie externe. On s’attend donc à ce qu’ils accumulent plus de polluants dans leur organisme que les arthropodes qui disposent d’une cuticule protectrice. Les arthropodes peuvent néanmoins consommer une grande quantité de substrat et être contaminés par voie interne. L’objectif de cette action sera donc de vérifier comment ces différents groupes d’organismes réagissent à l’usage actuel des produits phytosanitaires (notamment, le glyphosate) et s’il est possible d’utiliser certains groupes comme bio-indicateurs de suivi des pollutions à l’échelle d’un territoire. Il est donc envisagé de doser les molécules phytosanitaires dans les tissus de ces différents invertébrés saprophages afin de vérifier si certains bio-accumulent des molécules, notamment persistantes.

OBJECTIF
L’objectif du stage est d’identifier des espèces pouvant être utilisées comme bio-indicateurs de pollution des sols dans les agrosystèmes de Martinique. Plus spécifiquement l’objectif sera d’étudier si différents groupes d’organismes du sol (épigés vs. endogés ou herbivores vs. détritivores) ont la même réponse au regard d’une pollution des sols issus de l’usage passé ou présent de produits phytosanitaires (herbicides, notamment).
Ce travail constituera une étape indispensable pour mettre en relation les pressions engendrées par la pollution des sols et la bio-accumulation des polluants par les invertébrés saprophages.

MISSIONS/ACTIVITES DU STAGIAIRE
Echantillonner les invertébrés du sol dans des parcelles expérimentales du Cirad (essai BANABIO) et des parcelles de production chez des agriculteurs du bassin versant du Galion.
Participer aux échantillonnages de sol en parallèle de l’échantillonnage de la macrofaune du sol.
Préparer les échantillons (lyophilisation, conditionnement) pour les envoyer à analyser en sous-traitance.
Traiter les données à l’aide de logiciel d’analyses statistiques (RStudio).
Rédiger un mémoire.

CONDITIONS DU STAGE
Type de stage : BAC+5 (Master ou ingénieur) ou césure.
Lieu : Campus Agro-Environnemental Caraïbe en Martinique (972).
Durée : 6 mois (à partir de février/mars 2022).
Encadrant.e.s : Lai Ting PAK, Mathieu COULIS.
Conditions : prise en charge des billets d’avion A/R, indemnité forfaitaire mensuelle de stage réglementaire (600.60 €).

COMPETENCES RECHERCHEES
Connaissances approfondies en écologie/écotoxicologie et générales en agronomie et pédologie.
Intérêt pour le travail de terrain.
Maîtrise des outils de bureautique traditionnels (Word, Excel, PowerPoint).
Aisance rédactionnelle et esprit de synthèse.
Permis B obligatoire.
Connaissance d’un langage d’analyse de données (ex : R) sera un plus.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: Lai Ting PAK

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.