En France, la mise en place de cultures intermédiaires ou couverts végétaux entre deux cultures commerciales est obligatoire depuis 2009 dans les zones vulnérables. Cette obligation vise à protéger les sols contre le lessivage des nitrates et l’érosion. Ces couverts végétaux ont également un intérêt agronomique en améliorant la structure du sol, en évitant sa compaction et en augmentant l’aération et l’infiltration de l’eau. D’autres services écosystémiques sont également attendus, il s’agit de réduire la pression parasitaire sur les cultures et empêcher le développement des adventices. Quand la biomasse de ces couverts est incorporée au sol, elle favorise le recyclage des éléments nutritifs pour la culture suivante et améliore la fertilité physique, chimique et biologique du sol.
La sélection des couverts pour la période d’interculture a connu un développement important ces dernières années. Les couverts proposés par les semenciers peuvent être utilisés seuls ou en mélange. Ils appartiennent à différentes familles de plantes : Les brassicacées, les légumineuses, les graminées, les céréales, etc… Bien que leurs caractéristiques agronomiques et les services environnementaux rendus soient bien étudiés, nous avons actuellement peu de données concernant leurs effets sur le développement des bioagresseurs, les adventices et les organismes bénéfiques du sol (microorganismes, microfaune, mésofaune et macrofaune).
Dans les systèmes de culture à base de plant de pommes de terre, la période d’interculture peut aller de 3 mois (blé après pommes de terre) jusqu’à 8 mois (pomme de terre après blé). Le choix des couverts doit donc être raisonné à l’échelle de la rotation, en fonction des conditions pédoclimatiques et des itinéraires culturaux. Des travaux réalisés en serre et au laboratoire ont montré le potentiel de certains couverts assainissants à réduire certains bioagresseurs telluriques de la pomme de terre (champignons, nématodes et taupins). Cependant, les résultats d’expérimentations annuelles au champ ont montré des résultats variables en fonction des couverts utilisés, des espèces de pathogènes ciblés et des conditions environnementales. Pour évaluer les services et les di-services de ces couverts à moyen-long terme, la mise en place d’expérimentations pluriannuelles dans une diversité de situations différant par les conditions pédoclimatiques, les successions culturales et l’itinéraire technique est nécessaire.

Le contrat a pour objectif général de rassembler les données existantes sur les couverts végétaux d’interculture ainsi que leurs moyens de gestion afin d’optimiser les services et réduire les di-services attendus pour une culture de plants de pommes de terre.
Principales missions
1. Répertorier les différents couverts végétaux qui sont actuellement proposés par les semenciers et mettre en évidence leurs caractéristiques agronomiques, environnementales, etc….
2. Analyser la bibliographie technique et scientifique sur les différents services et di-services agroécologiques rendus par ces couverts végétaux ainsi que sur les indicateurs de suivi utilisés pour évaluer leurs performances.
3. Récupérer et analyser les données d’expérimentations réalisées au niveau des OP (Organisations de Producteurs plant de pommes de terre) et de inov3PT (structure recherche de la FN3PT).
4. Construire une base de données sur la base des éléments de la bibliographie, les résultats d’expérimentations, etc…
5. Construire un arbre décisionnel permettant l’insertion de ces couverts dans des systèmes de culture incluant le plant de pommes de terre.

Connaissances et compétences recherchées :
– Connaissances générales en agronomie
– Goût pour la recherche bibliographique, la synthèse et l’analyse de données
– Goût pour le travail collaboratif, le stagiaire sera amené à interagir avec les expérimentateurs des OP et les chercheurs de inov3PT. Il sera également amené à faire des points réguliers avec le groupe transversal sur la thématique des plantes de services.
– Qualités rédactionnelles

Lieu du stage
Le stagiaire sera recruté par inov3PT, il sera basé sur le site INRAE-IGEPP de Le Rheu, au sein du groupe inov3PT qui fait partie de l’équipe MIR (Multi-Infection et Résistance) de l’INRAE-IGEPP. Il sera amené à faire des déplacements dans les OP (Bretagne Plant Innovation, Comité Nord et Comité centre et Sud).

Candidatures
CV + lettre de motivation à envoyer à Karima Bouchek (karima.bouchek@invo3pt.fr) et Camille Puech (camille.puech@inov3pt.fr) avant le 31 mars 2022

Durée de CDD : 6 mois

Niveau d’études recherché : BAC+5 (ingénieur ou assimilé)

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: camille.puech@inov3pt.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.