Sujet de stage de césure :
Etude de la régénération des ligneux suite au passage du feu dans des forêts à Marantacées au Nord Congo

Contexte et objectifs du stage :
Les forêts à Marantacées sont des formations d’apparence dégradée couvrant de vastes zones en Afrique centrale. Elles sont caractérisées par un sous-bois très dense et continu composé d’herbacées géantes de l’ordre des Zingibérales (White and Abernethy, 1996). L’abondance de ces herbacées entraîne un déficit de régénération des arbres visible par la faible présence d’individus dans la strate intermédiaire et par une canopée ouverte à peu fermée (Kouka 2004). Ces forêts sont utilisées par les populations locales et sont essentielles pour certaines espèces telles que les gorilles (Gorilla gorilla) ou les éléphants de forêt (Loxodonta africana cyclotis). Elles abritent cependant une faible diversité floristique, notamment d’essences forestières commerciales (Gillet, 2013).
Or, les forêts à Marantacées semblent très stables dans le temps (Cuni-Sanchez et al., 2016), constituant potentiellement un arrêt dans la succession végétale de milieux ouverts vers des forêts plus denses. Ce maintien, voire l’extension, des forêts à Marantacées semblent liés à des perturbations telles que le feu (Tovar, 2015). Les feux ne sont pas habituels en Afrique centrale, mais les changements climatiques augmentent le risque de longues sécheresses. En 2016, lors d’un fort événement El Niño, 3% de la concession forestière d’IFO au Nord du Congo, ont brûlé en 3 mois (Verhegghen et al. 2016). 83% des zones ayant brûlé concernent des forêts à Marantacées, soulignant un lien potentiel entre ce type de végétation et le feu. Il semble donc intéressant de chercher à comprendre les effets du feu sur la dynamique des forêts à Marantacées et notamment sur la faible régénération des ligneux. Cela permettra d’évaluer le risque de voir des formations à Marantacées se maintenir sur le long terme et même remplacer des forêts denses, ce qui impacterait l’exploitation forestière dans la zone.
Ce projet de stage s’inscrit dans une étude visant à quantifier la régénération ligneuse le long d’un gradient de fermeture de la canopée en forêt à Marantacées, et à évaluer l’impact du passage du feu sur cette régénération.
Plus précisément, il s’agira de :
(i) Se rendre sur le terrain pour appréhender l’écosystème des forêts à Marantacées,
(ii) Prélever des échantillons de sol pour étudier l’importance du substrat sur la végétation,
(iii) Analyser les données de la campagne de terrain précédente pour établir des liens entre degré de fermeture de la canopée, passage du feu et régénération ligneuse,
(iv) Si le temps le permet, compléter l’analyse avec les données « sol » collectées sur le terrain.

Profil et compétences recherchés :
– Étudiant.e en césure en écologie/foresterie ou en école d’ingénieur.e agronome
– Connaissance en écologie et en foresterie
– Expérience et goût du travail de terrain en forêt en conditions isolées
– Maîtrise du logiciel R et des méthodes de bases en analyses statistiques et spatiales
– Goût pour l’analyse de données
– Maîtrise/Notions du logiciel QGIS

Durée : de 5 à 6 mois entre Septembre 2022 et Février 2023.
Localisation : l’étudiant.e sera basé.e au CIRAD de Baillarguet à Montpellier. Une phase de terrain entièrement prise en charge par le laboratoire aura lieu en Octobre au Nord du Congo (Brazzaville) pour une durée de 3 semaines.
Contact et candidature : les candidatures (CV + lettre de motivation) sont à envoyer avant le 17/03/2022 à juliette.picard@ird.fr , sylvie.gourlet-fleury@cirad.fr et maxime.rejou@ird.fr

Références :
Cuni-Sanchez, A., L. J. T. White, K. Calders, K. J. Jeffery, K. Abernethy, A. Burt, M. Disney, et al. 2016. African Savanna-Forest Boundary Dynamics: A 20-Year Study. PLOS ONE 11: e0156934.
Gillet, J.-F. 2013. Les forêts à Marantaceae au sein de la mosaïque forestière du Nord de la République du Congo : origines et modalités de gestion. Université de Liège, Liège, Belgique.
Kouka, L. A. 2004. Régénération des espèces ligneuses en forêt du Parc national d’Odzala (Congo-Brazzaville). Acta Botanica Gallica 151 (3), 293-309.
Tovar Ingar, C. 2015. Central african lowland forest resilience to fire disturbance and climate change: answers from the past (Chapitre 3). Jesus College. Department of Zoology. University of Oxford.
Verhegghen, A., H. Eva, G. Ceccherini, F. Achard, V. Gond, S. Gourlet-Fleury, and P. O. Cerutti. 2016. The Potential of Sentinel Satellites for Burnt Area Mapping and Monitoring in the Congo Basin Forests. Remote Sensing 8: 986.
White, L., and K. Abernethy. 1996. Guide de la végétation de la Réserve de la Lopé. Ecofac Libreville

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: juliette.picard@ird.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.