Contexte :

En 2020 le nombre d’éoliennes en activité en France s’élevait à 8400, leur nombre étant en
constante augmentation. En effet, la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PEE) vise un
doublement de la production sur 8 ans. Or, le développement des éoliennes provoque des
milliers de mortalités d’oiseaux par collision chaque année (Marx, G., 2017 ; Jallet, S., 2021).
Afin de concilier cette énergie verte et la biodiversité, il est essentiel de comprendre l’origine
des collisions pour ensuite mettre en place des dispositifs adaptés afin de réduire la mortalité
aviaire.

Ce stage s’inscrit dans le cadre du projet MAPE (Mortalité Aviaire en Parcs Eoliens)
(www.mape.cnrs.fr) qui vise à réduire la mortalité aviaire dans les parcs éoliens en
exploitation. L’objectif de ce stage est d’étudier la perception du mouvement rotatif par
les oiseaux via une étude comportementale reposant sur du conditionnement opérant. Les
résultats ont vocation à définir un seuil limite de perception de mouvements rotatifs des
pâles avant que celles-ci n’apparaissent comme un « objet flou » (motion smear) pour
l’oiseau. Ces seuils limites, définis sur quelques espèces, permettront de proposer un
nouveau cahier des charges aux constructeurs et opérateurs éoliens afin de limiter la
vitesse des pâles tout en maintenant une production d’énergie électrique rentable.

Le.a stagiaire s’impliquera dans la réalisation des missions suivantes :

▪ Participation à l’élaboration et à la mise en place du dispositif et du protocole
expérimental: il s’agira de participer à la fabrication de modèles réduits d’éoliennes, à
vitesse de rotation contrôlable dans une grande volière spécialement adaptée, puis le
principe reposera sur un conditionnement opérant pour apprendre aux oiseaux à venir
chercher une récompense vers le stimulus positif (éolienne en rotation) vs le stimulus
négatif (éolienne à l’arrêt ou en rotation à haute fréquence non perceptible par l’oiseau).
En faisant varier les vitesses de rotation des éoliennes, il sera possible de déterminer le
seuil limite de perception du mouvement rotatif.
▪ Participation aux expérimentations menées sur différentes espèces d’oiseaux
(passereaux, columbidés et rapaces).
▪ Les tests seront intégralement filmés/ le.a stagiaire effectuera l’analyses des données
vidéos à l’issue des expérimentations

Profil recherché :

▪ Licence/Master en écologie et/ou comportement animal
▪ Compétence en analyse de vidéos
▪ Compétence en analyse de données sous R
▪ Intérêt pour le comportement animal, l’écologie sensorielle et pour les oiseaux
▪ Rigueur, organisation, patience et sens de l’observation
▪ Une première expérience en étude comportementale et/ou manipulation d’oiseaux est
souhaitable
▪ Capable de travailler dans le milieu captif

Conditions de travail :

▪ Stage de 6 mois à débuter entre Janvier et Mars 2022
▪ Temps plein (35h)
▪ Stage indemnisé (montant de la gratification selon la loi en vigueur)

Laboratoire d’accueil : Centre d’Écologie Fonctionnelle et Évolutive (CEFE, UMR 5175) à
Montpellier, déplacement en Normandie à prévoir (plusieurs semaines dans le cadre de l’expérimentation).

Cette offre s’adresse aux masters, licences ou au césures (avec convention).

Références :
Jallet, Stéphanie, 2021. Eolien terrestre et biodiversité : revue de publications franco-allemande
sur l’avifaune et les chiroptères. Note de synthèse, OFATE.
Marx, Geoffroy, 2017. Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. LPO

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: constance.blary@cefe.cnrs.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.