Dans la continuité du projet ENBIMANOR (ENrichissement de la BIodiversité MArine Littorale en NORmandie : vers un réseau de signalisation d’espèces nouvelles), le projet CHABIMANOR (Caractérisation des Habitats Biogéniques de substrats durs dans les Marines NORmandes) a pour objectif de mieux connaître la biodiversité des substrats durs des milieux portuaires normands et notamment de caractériser les habitats biogéniques. Les habitats biogéniques, sont des habitats complexes qui sont formés par des espèces ingénieures animales qui créent une nouvelle source d’abri et de support pour une multitude d’autres espèces qui ne seraient pas présentes sans ces espèces ingénieures. Ainsi, ces habitats biogéniques, en créant une hétérogénéité, assurent des fonctions essentielles pour la faune et la flore marines qui s’y développent et constituent un élément majeur des écosystèmes marins. De plus, ces habitats sont particulièrement vulnérables aux stress environnementaux et aux activités humaines. Le projet CHABIMANOR a donc pour objectif de caractériser ces habitats biogéniques sur trois types de substrats durs artificiels en milieu portuaire : quais, pontons et plaques immergées. En effet, il est connu que les faunes des substrats artificiels sont différentes de celles des milieux naturels, de même que les faunes sous les pontons sont différentes de celles fixées sur les quais.
Ce projet CHABIMANOR concerne le littoral normand du Golfe normand-breton jusqu’au Pays-de-Caux et complétera les travaux réalisés dans le cadre du projet ENBIMANOR où un total de 19 marinas et ports avait été équipé en plaque à coloniser en 2018-2019 (Granville, Carteret, Dielette, Cherbourg, Grandcamp-Maisy, Port en Bessin, Courseulles sur mer, Ouistreham, Dives sur mer, Deauville, Honfleur, Le Havre Port Principal, Le Havre Port Vauban, Antifer, Fécamp, Saint-Valéry en Caux, Dieppe et Le Tréport). Le suivi s’est terminé sur l’ensemble des sites en octobre-novembre 2020. Cependant, les résultats acquis pendant le projet ENBIMANOR ont permis de sélectionner cinq marinas : Granville, Cherbourg, Ouistreham, Havre Vauban et Dieppe.
Ainsi, dans le cadre du projet CHABIMANOR, huit plaques sont restées immergées dans les cinq marinas sélectionnées. Deux plaques seront relevées tous les semestres et ceci pendant deux ans, soit printemps et automne en 2021 et 2022. Le biovolume des espèces ingénieures sera mesuré en plongeant chaque plaque dans une bassine contenant de l’eau. L’ensemble de la faune fixée et vagile ayant colonisé les plaques sera analysé et un focus sera réalisé sur les espèces ingénieures ou espèces benthiques sessiles structurant fortement l’habitat (balanes, moules) ou les espèces vulnérables (cnidaires, éponges).
Parallèlement au suivi des plaques vierges immergées, des grattages sont effectués au niveau des quais et des pontons. L’étude par grattage de substrats durs artificiels (quais et pontons) permettra de récolter l’ensemble de la faune fixée et vagile ayant colonisé ces surfaces dans des milieux portuaires. Une comparaison sera réalisée entre les faunes collectées de ces substrats durs artificiels avec celles issues des plaques. Une identification précise des espèces conduira à leur classement selon leurs traits d’histoire de vie : type trophique, sensibilité ou résistance aux pollutions, longévité…
L‘objectif de ce stage de Master 2 est double : 1) étudier les différentes phases de colonisation des plaques afin de décrire les processus d’établissement de la faune sur les trois premiers relevés du cycle de deux ans (année 2021 et printemps 2022) et 2) de comparer les faunes collectées sur les différents substrats durs artificiels avec celles issues des plaques.
Ce stage se déroulera en trois parties :
• Une première partie du stage se déroulera sur le terrain : l’étudiant(e) participera au relevé des plaques et aux grattages au niveau des différents substrats durs artificiels ;
• Une deuxième partie du stage se déroulera en laboratoire : l’étudiant(e) triera et identifiera les organismes prélevés sur les différents substrats durs ;
• Une troisième partie de traitement des données durant laquelle l’étudiant(e) effectuera les analyses statistiques des données précédemment collectées par le laboratoire afin de répondre aux objectifs du stage.
Ce sujet s’adresse à un(e) étudiant(e) ayant le goût de la zoologie et le terrain, mais aussi des compétences en statistique et analyse de données avec le langage R.
INFORMATIONS PRATIQUES
Stage de six mois maximum, début de stage début février 2021
Organisme d’accueil : Laboratoire M2C, (Morphodynamique Continentale et Côtière, UMR CNRS, 24 rue des Tilleuls, F-14000 CAEN)
Localisation : Normandie Université UNICAEN, Esplanade de la Paix, 14032 Caen, France
Le stage sera encadré par Jean-Philippe PEZY, chargé de recherches CNRS, Jean-Claude DAUVIN, Professeur Émérite M2C UNICAEN, Aurore RAOUX chargée de recherches M2C UNICAEN.
Compétences particulières
• Connaissances du milieu marin et de l’écologie ;
• Esprit de synthèse et force de proposition ;
• Statistiques
• Langage R
• Autonomie, sens du travail en équipe ;
• Rigueur ;
• Qualité rédactionnelle de documents en français.
Merci d’envoyer votre candidature (CV, références d’au moins deux personnes pouvant éclairer le jury sur votre candidature ainsi qu’une lettre de motivation) avant le 10 Décembre 2021 :
Jean-Philippe PEZY, 24 rue des Tilleuls, F-14000 Caen
Mobile: 33 (0)6 23 80 68 21
E-mail : jean-philippe.pezy@unicaen.fr
Mettre en copie : jean-claude.dauvin@unicaen.fr ; aurore.raoux@unicaen.fr
Une audition des candidatures sera réalisée (en présentiel ou en visio).
Références bibliographiques
Airoldi L., Turon X., Perkol-Finkel S., Rius M. (2015). Corridors for aliens but not for natives: effects of marine urban sprawl at a regional scale. Diversity and Distributions 21: 755-768.
Arenas F., Bishop J.D.D., Carlton J.T. et al. (2006). Alien species and other notable records from a rapid assessment survey of marinas on the south coast of England. Journal of the Marine Biological Association of the United Kingdom 86: 1329-1337.
Baffreau A., Pezy J.P., Rusig, A.M., Mussio, I., Dauvin, J.C. (2018). Les espèces marines animales et végétales introduites en Normandie. Presses de l’Université de Caen Normandie, 348 pp.
Bishop J.D.D., Wood C.A., Ynuuie A.L.E., Grifftiths C.A. (2015). Unheralded arrivals: non –native sessile invertebrates in marinas on the English Channel. Aquatic Invasions 10: 249-264. Bouchemousse S. (2015). Dynamique éco-évolutive de deux ascidies congénériques et interfertiles, l’une indigène et l’autre introduite, dans leur zone de sympatrie. Thèse Université Pierre et Marie Curie, Paris VI, 269 pp.
Breton G. (2014). Espèces introduites ou invasives des ports du Havre, d’Antifer et de Rouen (Normandie, France). Hydroécologie Appliquée 18 : 23-65.
Bishop J.D.D., Wood C.A., Lévêque L., Yunnie A.L.E., Viard, F. (2015). Repeated rapid assessment surveys reval contrasting trends in occupancy of marinas by non-indigenous species on opposite sides on the western English Channel. Marine Pollution Bulletin 95: 699-706.
Carlton J.T., Geller J.B., Reaka-Kudla M.L., Norse E.P. (1999). Historical extinction in the Sea. Annual Review Ecological Systematics 30: 515-538.
Charles M., Failletaz, Desroy N., Fournier J., Costil K., 2018. Distribution, associated species and extent of biofoulig ‘reefs’ formed by the alien species Ficopomatus enigmaticus (Annelida, Polychaeta) in marinas. Estuarine Coastal and Shelf Science 212: 164-175.
Dauvin J.C., Foveau A. (2017). One-year colonization by zoobenthic species on an eco-friendly artificial reef in the English Channel intertidal zone. In: Komatsu T., Ceccaldi HJ., Yoshida J., Prouzet P., Henocque Y. (eds) Oceanography Challenges to Future Earth. Springer, Cham, pp. 285-294. Dauvin J.C., Pezy J.P., Baffreau A. (2017). The English Channel: becoming like the seas around Japan. In: Komatsu T., Ceccaldi HJ., Yoshida J., Prouzet P., Henocque Y. (eds) Oceanography Challenges to Future Earth. Springer, Cham, pp. 105-120.
Deloor, M., 2019. Suivi de la faune colonisatrice de marinas en Normandie Mémoire de Master 2 Recherche AquaCaen, mention « Sciences de la Mer », Université de Caen Normandie, 46 pp.
Goulletquer P. (2016). Le Guide des organismes exotiques marins. Belin édition, 304 pp.
Goulletquer P., Bachelet G., Sauriau P.G., Noël P. (2002). Open Atlantic coast of Europe-a century of introduced species into French waters. In Invasive Aquatic Species of Europe: Distribution, Impacts and Management. Leppäkoski, E., S. Gollasch and S. Olenin (eds.), Kluwer Academic Publishers, Dordrecht, p. 276-290.
Mineur F., Cook E.J., Minchin D. et al. (2012). Changing coasts: Marine aliens and artificial structures. Oceanography and Marine Biology: an Annual Review 50: 189-233.
Pinto R., Patricio J., Baeta A., Fath B.D., Neto J.M., Marques, J.C. (2009). Review and evaluation of estuarine biotic indices to assess benthic condition. Ecological Indicators 9: 1-25.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: jean-philippe.pezy@unicaen.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.