Résumé et contexte du stage
Comme d’autres taxa, les abeilles doivent actuellement faire face à une variété de pressions environnementales, issues majoritairement des activités humaines. Parmi ces pressions anthropiques, les modifications dans la disponibilité des ressources florales semblent jouer un rôle majeur dans les affaiblissements des populations d’abeilles. En effet, toutes les abeilles ont en commun de dépendre du pollen et du nectar des fleurs pour leur croissance, reproduction et survie. Dans ce contexte, le développement de mesures agro-environnementales visant à protéger ou renforcer ces ressources florales est de plus en plus privilégier.
L’objectif du stage est ainsi d’évaluer les effets bénéfiques potentiels de ressources florales « annexes » (habitats semi-naturels) dans des agrosystèmes de vergers sur une espèce d’abeille solitaire couramment utilisée en pollinisation arboricole, Osmia cornuta (Latreille). Bien que généralistes et polylectiques, les abeilles d’Osmia cornuta ne se contentent, en général, que de quelques espèces de plantes. Elles butinent préférentiellement sur les Rosacées et sont des pollinisatrices très efficaces et reconnues des amandiers, cerisiers et pommiers. Dans un système de culture composé exclusivement de pommiers dont la floraison ne dure que 2 semaines, il apparaît important de pouvoir garantir des conditions optimales de ressources florales à une espèce dont la période d’activité s’étale sur un peu plus de 4 semaines. Il s’agira ainsi de déterminer si et dans quelle mesure les habitats semi-naturels en bordure de verger apportent une plus-value sur le succès reproducteur des abeilles mais aussi sur leur descendance, en mesurant des indicateurs physiologiques de leurs réserves énergétiques.

Des nichoirs ont été disposés en 2021 dans des parcelles de vergers de pommiers au sein de la zone atelier de la vallée de la Durance. Les missions lors de ce stage seront de mesurer :
(i) le succès reproducteur des femelles osmies
(ii) les réserves énergétiques de leur descendance
(iii) la qualité nutritives des pollens collectés par les osmies et utilisés pour élever leur descendance
Pour ce faire, la majeure partie du travail consistera à réaliser des dosages biochimiques en laboratoire pour déterminer le profil physiologique des osmies (réserves énergétiques), puis à évaluer le lien entre les ressources florales (proportions d’habitats semi-naturels, composition des pollens, qualité nutritive des pollens) et les traits mesurés chez les osmies.

Compétences attendues
Connaissances solides en physiologie des insectes et analyses statistiques
Aisance et rigueur pour le travail de laboratoire (préparation des échantillons, dosages biochimiques, spectrophotométrie…)
Une maîtrise des outils SIG serait appréciée

Durée
6 mois, démarrage en Janvier/février

Gratification de stage
Selon règlementation en vigueur : 3,90 euros/heure, 35 heures hebdomadaires (soit environ 600 euros /mois)

Laboratoire d’accueil
INRAE
Unité Abeilles et Environnement
Domaine Saint Paul – Site Agroparc
84914 Avignon

Candidature
Un CV et une lettre de motivation sont à envoyer avant le 19/11/2021 à :
Clémentine Leroy, clementine.leroy@inrae.fr, 04.32.72.26.16
Cédric Alaux, cedric.alaux@inrae.fr
Jean-Luc Brunet, jean-luc.brunet@inrae.fr

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: clementine.leroy@inrae.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.