Contexte et objectifs de la thèse
Le sol est un écosystème complexe essentiel à la fourniture de services écosystémiques qui permettent d’apporter certaines réponses aux grandes problématiques environnementales (e.g. changement climatique, érosion de la biodiversité, risques naturels). Les activités humaines notamment industrielles sont susceptibles de dégrader localement, mais avec une grande intensité, la couverture pédologique (e.g. tassement, imperméabilisation, pollution). Au lieu d’être perçus uniquement comme des contraintes à lever, voire même des déchets dont il faudrait se débarrasser, le positionnement de cette thèse vise à appréhender les sols de ces sites dégradés comme des opportunités pour faire face aux enjeux territoriaux. Ainsi, des approches de génie écologique ou pédologique, peuvent permettre, par une gestion éclairée, de viser une refonctionnalisation des sols à des échelles de temps différentes. Parmi les attentes des gestionnaires fonciers, le diagnostic fonctionnel de ces sols permettant d’optimiser leur trajectoire de reconversion se confronte néanmoins encore à de nombreuses questions méthodologiques.

La thèse visera en premier lieu à tester en situations réelles différentes approches existantes d’évaluation des fonctions des sols (e.g. Soilval, Record, Destisol, Supra, Landmark) basée sur l’observation, l’analyse et la mesure d’indicateurs pédologiques, microbiologiques et végétaux. En second lieu, cette étape de diagnostic sera confrontée à des scénarii d’usages futurs des sols afin d’optimiser le choix des méthodes de gestion en lien avec la trajectoire et la cinétique attendue. Le troisième volet de la thèse visera à tester des approches d’ingénierie écologique, soit par le suivi d’expérimentations en conditions réelles soit par la mise en place d’expérimentations en conditions contrôlées à des échelles spatiales emboitées. Enfin le travail de recherche doctoral se concrétisera par la formalisation d’approches visant à accompagner la prise de décision du gestionnaire (e.g. outil d’aide à la décision, logigramme).

Cadre de la thèse
La thèse sera dirigée par le Pr. Geoffroy Séré (geoffroy.sere@univ-lorraine.fr) et co-encadrée par Jennifer Hellal (j.hellal@brgm.fr) et Nicolas Legay (nicolas.legay@insa-cvl.fr).
La thèse est l’occasion d’une collaboration entre le Laboratoire Sols et Environnement (UMR 1120 Université de Lorraine/INRAE – https://lse.univ-lorraine.fr/), la Direction Eau, Environnement, Procédés et Analyses du BRGM (https://www.brgm.fr/),le laboratoire CITERES (UMR 7324, CNRS/INSA Centre Val de Loire/Université de Tours – http://citeres.univ-tours.fr/) et le Laboratoire National Hydraulique et Environnement de la R&D d’EDF. Le projet dans sa globalité sera financé par EDF. Elle s’inscrira en particulier dans les recherches conduites au sein du Groupement d’Intérêt Scientifique sur les Friches Industrielles (http://gisfi.univ-lorraine.fr).

Compétences requises
La-le candidat.e devra être titulaire d’un diplôme de Master 2 ou équivalent au démarrage de la thèse avec des compétences en pédologie, en écologie et une bonne maitrise des outils statistiques (logiciel R). Des compétences en microbiologie et/ou écologie végétale seront un plus.
Le.la candidat.e devra présenter un intérêt pour la réhabilitation de sites industriels, des capacités rédactionnelles, d’expression (maîtrise de l’anglais correspondant à un niveau B2) et de synthèse. Rigueur, capacités d’initiative, aptitude au travail en équipe et en autonomie sont également souhaités.

Modalités de candidature : Envoyer un CV détaillé avec des personnes référentes et une lettre de motivation aux encadrants avant le 10 avril. La candidature est ouverte aux personnes déjà titulaires d’un M2 ou en cours de finalisation.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: nicolas.legay@insa-cvl.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.