Contexte :

De la plante à la cave, de la cave à la table, la vigne est, en France, une culture à forte valeur économique et culturelle. Or, la viticulture est un secteur particulièrement impacté par les composantes des changements climatiques (CCs), avec comme conséquences de nombreux effets déjà observés à la fois sur la vigne (avancée de la phénologie, maturation du raisin dans des conditions plus chaudes, stress hydrique) et sur la qualité du vin (modification des profils aromatiques et de l’équilibre sucre-acidité). Les CCs attendus dans les prochaines décennies risquent d’exacerber les impacts déjà observables pouvant modifier les zones actuellement favorables à la viticulture. Afin de sauvegarder la qualité, l’identité et la rentabilité de leurs vins, les vignerons observent, expérimentent, échangent entre eux et s’informent auprès d’autres spécialistes. Parmi le corpus de pratiques envisagées pour adapter la viticulture face aux CCs, le choix des cépages et des porte-greffes apparait comme un levier fondamental étant donné qu’il engage le vigneron pour plusieurs dizaines d’années. D’autres domaines de connaissances permettant aux vignerons de réagir sur un temps plus court seront également investigués et choisis avec l’étudiant(e) recruté(e) (e.g. matériel, main d’œuvre, traitements phytosanitaires, enherbement, etc.).

Le stage proposé s’inscrit dans le cadre du projet ASSET (AgrobiodiverSity for a food Secure planET) financé par le Programme Investissement d’Avenir (PIA) de l’ANR. L’objectif du projet ASSET est d’évaluer le potentiel de la diversité des plantes cultivées pour augmenter la résilience de la production agricole face aux variations climatiques interannuelles. Ce stage s’inscrit également dans le cadre de la thèse d’Antoine Doncieux (Université de Montpellier ; Dir. Sophie Caillon et Delphine Renard) qui vise à mieux comprendre comment la diversité des cépages et des savoirs locaux peut contribuer à l’adaptation de la viticulture face aux CCs.

Objectifs :
En complément des enquêtes déjà réalisées dans le cadre de la thèse (motivations de culture, tendances des cépages et des porte-greffes, perception des CCs), le stage aura pour objectifs :
1) de documenter les sources mobilisées par les vignerons dans le choix des cépages, des clones et des porte-greffes ainsi que leur temporalité ;
2) d’identifier les types de connaissances (agronomique, organoleptique, rentabilité, etc.) associées à chaque source ;
3) choisir et documenter les sources d’un domaine de connaissance permettant une adaptation rapide aux CCs ;
4) caractériser et analyser la structure et l’étendue (sociale, géographique) des réseaux de circulation de connaissances, de conseils et d’entraide entre vignerons relatifs à des pratiques viticoles climato-dépendantes (conseils pour les vendanges, pour les traitements phytosanitaires, etc.) ;
5) aide à la rédaction d’un article dans le numéro spécial « Social networks: insights for the transition towards resilient agriculture » dans la revue Agricultural Systems, porté par les membres de notre réseau.

Méthodologie :
Le stage portera sur la réalisation d’une trentaine d’enquêtes auprès de vignerons dans le vignoble de Gaillac (Tarn, 81). Le protocole d’enquête, déjà établi, repose sur une approche mixte qualitative et quantitative. En plus des méthodes de statistiques usuelles, des méthodes d’analyse de réseaux sociaux (Social Network Analysis) seront mobilisées concernant la structure des réseaux de circulations de connaissances.

Environnement de travail :
La partie de terrain sera effectuée dans le vignoble de Gaillac, les travaux de préparation et de rédaction seront effectués sur Montpellier (UMR CEFE-CNRS). L’étudiant(e) sera hébergé(e) au sein de l’équipe « interactions et adaptations bioculturelles », qui bénéficie d’une forte expérience dans l’analyse des réseaux sociaux et des dynamiques de l’agrobiodiversité grâce à des collaborations fortes avec des mathématiciens dans le cadre de projets communs (réseaux MIRES et GDR ReSoDiv).

Profil recherché :
Le profil recherché est assez ouvert, pouvant concerner des étudiant(e)s en césure d’école d’Ingénieur Agronome, DNO, Master de Géographie, Ecologie, Ethnologie, Sociologie ou Ethnoécologie. Nous accorderons une grande importance à la motivation et l’intérêt affirmé du candidat pour l’étude des dynamiques viticoles, et pour le sujet proposé en particulier. De plus, ce stage requiert nécessairement une aptitude et un goût pour le travail de terrain et les enquêtes en milieu rural. Il est également important que l’étudiant(e) soit intéressé(e) par des approches interdisciplinaires articulant méthodes qualitatives et quantitatives.
L’étudiant(e) devra posséder de bonnes compétences en analyses statistiques, ainsi que dans la maitrise de tableurs (Excel) et du logiciel R. Des connaissances de base concernant les méthodes d’analyse de réseaux sont un atout supplémentaire. Enfin, il/elle devra être en capacité de lire des documents scientifiques en anglais.
Enfin, le permis B et un véhicule personnel est indispensable afin de pouvoir se déplacer entre les exploitations viticoles.

Dates du stage : début du stage souhaité le 1er octobre 2021 pour une durée de 6 mois.

Gratification :
Indemnités de stage niveau M2. Prise en charge des frais de déplacements sur le terrain.

Compétences valorisables :
• Maîtrise de l’enquête de terrain
• Maîtrise de l’analyse des réseaux sociaux
• Auteur d’une publication scientifique
• Travail interdisciplinaire dans une équipe et un projet interdisciplinaire

Contacts :
Les candidatures (CV et lettre de motivation) doivent être envoyées avant le 05/07/21 à antoine.doncieux@cefe.cnrs.fr, delphine.renard@cefe.cnrs.fr et sophie.caillon@cefe.cnrs.fr. Nous nous réservons le droit d’évaluer les candidats au fil de l’eau.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: antoine.doncieux@cefe.cnrs.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.