Postuler directement sur :
https://recrutement.cirad.fr/offre-de-emploi/emploi-chercheur-e-en-modelisation-du-risque-de-pullulation-acridienne_4903.aspx

Les criquets ravageurs font partie des espèces les plus destructrices de ressources agricoles au monde. Certaines espèces (les locustes) expriment une plasticité phénotypique en fonction de la densité (le polyphénisme de phase) qui se traduit notamment par une modification du comportement (solitaire ou grégaire) pouvant induire des dynamiques de pullulation. Les dégâts causés par le criquet pèlerin en Afrique de l’Est depuis 2019 rappellent l’actualité du risque acridien, en particulier pour les petites agricultures familiales. Pour éviter ces crises impactant la sécurité alimentaire et réduire le coût environnemental des pesticides chimiques encore largement utilisés comme moyen de lutte, une gestion préventive efficace doit être mise en place. La modélisation du risque permet d’optimiser ces systèmes de gestion et de les rendre pérennes en minimisant les coûts économiques et environnementaux.

Dans ce contexte, le Cirad recrute un·e chercheur·e en modélisation du risque de pullulation acridienne. Au sein du Centre de Biologie pour la Gestion des Populations (CBGP), vous rejoindrez un collectif développant des recherches sur les locustes visant à caractériser les processus écologiques menant à leurs pullulations. Vous participerez à l’élaboration et la réalisation de projets de recherches sur le criquet pèlerin et d’autres espèces de locustes dans un contexte de changements globaux et notamment climatiques. En particulier :
• vous développerez des modèles statistiques spatialisés permettant d’expliquer au mieux les pullulations de criquet pèlerin en Afrique de l’Ouest et du Nord, en fonction des conditions environnementales ;
• vous utiliserez des informations issues de l’imagerie satellitaire (indices de végétation, humidité du sol, etc.), de modèles météorologiques (température de l’air, vent, etc.), et de collectes de données de terrain (observations acridiennes) afin d’alimenter ces modèles, en vous appuyant sur des compétences en interne sur la télédétection et les systèmes d’information géographiques ;
• vous mobiliserez vos compétences en écologie statistique, en vous appuyant notamment sur des approches bayésiennes et/ou des outils de l’intelligence artificielle, pour développer des modèles à états cachés représentant les processus démographiques et écologiques sous-jacents aux observations de terrain ;
• vous calibrerez et validerez ces modèles statistiques pour pouvoir ensuite extrapoler la probabilité d’évènements (présence, ponte, grégarisation, etc.) sur la base de nouvelles images satellitaires, afin d’orienter les équipes de prospection des unités de lutte antiacridienne des pays concernés, dans un objectif d’amélioration de l’efficacité de la gestion préventive ;
• vous publierez les résultats de vos recherches dans des revues internationales et formerez les partenaires du Sud sur l’utilisation des modèles développés.

Profil souhaité
• Doctorat en écologie statistique ou modélisation écologique
• Compétences en modélisation des processus spatio-temporels et dynamiques de populations
• Des compétences spécifiques en modélisation hiérarchique bayésienne ou en intelligence artificielle seront appréciées
• Intérêt pour la gestion des ravageurs et la protection des plantes
• Capacité de travail et d’échanges au sein d’une équipe multidisciplinaire
• Intérêt pour le développement d’outils d’aide à la décision à destination des agricultures du Sud
• Expérience en pays du Sud dans la perspective d’une expatriation en Afrique
• Maîtrise du français et de l’anglais scientifique et technique du domaine
• Capacités d’écoute des besoins, de pédagogie et de travail en partenariat avec des non-scientifiques

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: emploi@cirad.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.