Postuler directement sur :
https://recrutement.cirad.fr/offre-de-emploi/emploi-chercheur-e-ecologue-specialiste-en-lutte-biologique-inondative-_4496.aspx

Le CIRAD recrute un.e chercheur/chercheuse écologue spécialiste en lutte biologique innondative pour l’UMR PVBMT (Peuplement Végétaux et Bioagresseurs en Milieu tropical) . Les changements globaux, dont l’accélération des introductions d’arthropodes phytophages appartenant à la liste mondiale des espèces invasives les plus proccupantes menacent les écosystèmes en particulier insulaires. Cette pression phytosanitaire croissante favorise le développement des cultures sous abris en agriculture conventionnelle ou biologique. Le Cirad a une longue expérience en lutte biologique contre les insectes phytophages et souhaite renforcer les activités de l’UMR PVBMT sur le biocontrôle. Ce poste participera aux recherches qui ont pour objectifs le développement et la durabilité de la lutte biologique inondative sous abris. L’ambition est de promouvoir la recherche d’assemblages d’auxiliaires adaptés aux climats tropicaux favorisant la durabilité des productions alimentaires dans les pays du Sud, et pour ce faire, en mobilisant en priorité des auxiliaires présents dans les territoires ciblés. Une telle démarche initiée au sein de l’unité à l’île de La Réunion, en collaboration avec une biofabrique locale (Coccinelle©) et le centre technique Armeflhor dans le cadre de l’Unité Mixte Technologique BAT « Biocontrôle en agronomie tropicale ». Elle a déjà permis l’identification et le développement d’un nouvel auxiliaire prédateur indigène, qui est disponible pour les serristes depuis fin 2018. Dans le but de développer ces activités en partenariat, l’accent sera mis sur l’étude des caractéristiques biologiques, sur l’évaluation du potentiel d’utilisation en lutte biologique d’assemblages d’espèces d’auxiliaires, sur l’utilisation d’outils de modélisation pour évaluer la durabilité du contrôle biologique. Ces travaux permettront l’analyse expérimentale des mécanismes génériques associés à la réussite et l’échec de la lutte biologique.
Les activités consisteront à :
1) Evaluer la capacité des auxiliaires à être maintenu en élevage (traits de vies, effet de la dépression de consanguinité…) ;
2) Concevoir et réaliser des études plus complexes de suivis et de compréhension des interactions trophiques inter et intraguilde dans des microcosmes comme les serres où ces auxiliaires sont utilisés ;
3) Valoriser par des publications scientifiques vos travaux.
Ces activités seront développées en mobilité géographique au sein d’une équipe multidisciplinaire, combinant des compétences en biostatistique, génétique des populations, entomologie et écologie.
Une première affectation pour ce poste est prévue à La Réunion au Pôle de Protection des Plantes (3P) avec une ouverture à l’international et de fortes collaborations et projets à développer dans les pays de l’Océan Indien (Madagascar, Maurice, Seychelles, Comores).

Profil souhaité
Vous disposez d’un doctorat en entomologie, en écologie des communautés ou équivalent . Vous avez une expérience en lutte biologique .
Vous devez être capable de conduire des programmes de recherche en lutte biologique, de la prospection de nouveaux agents de lutte à l’évaluation de leur efficacité et de leurs impacts sur les réseaux trophiques.
Vous devrez avoir
– de solides bases scientifiques en écologie, évolution des communautés et biologie expérimentale.
– de solides compétences en biostatistique
– un goût prononcé pour l’expérimentation et le travail de terrain.
– Une connaissance de la taxonomie des principaux groupes d’arthropodes auxiliaires est un atout.
– Maîtrise du français et très bonne pratique de l’anglais orale et écrite impérative
– Capacité pour le travail en collaboration avec des équipes de différentes disciplines et pour la recherche à l’international avec les pays du sud.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.