L’Ifremer

Reconnu dans le monde entier comme l’un des tout premiers instituts en sciences et technologies marines, l’Ifremer s’inscrit dans une double perspective de développement durable et de science ouverte. Il mène des recherches, innove, produit des expertises pour protéger et restaurer l’océan, exploiter ses ressources de manière responsable, et partager les connaissances et les données marines afin de créer de nouvelles opportunités pour une croissance économique respectueuse du milieu marin.

Présents sur toutes les façades maritimes de l’hexagone et des outremers, ses laboratoires sont implantés sur une vingtaine de sites dans les trois grands océans : l’océan Indien, l’Atlantique et le Pacifique. Pour le compte de l’Etat, il opère la Flotte océanographique française au bénéfice de la communauté scientifique nationale. Il conçoit ses propres engins et équipements de pointe pour explorer et observer l’océan, du littoral au grand large et des abysses à l’interface avec l’atmosphère.

Ouverts sur la communauté scientifique internationale, ses 1500 chercheurs, ingénieurs et techniciens font progresser les connaissances sur l’une des dernières frontières inexplorées de notre planète ; ils contribuent à éclairer les politiques publiques et à l’innovation pour une économie bleue durable. Leur mission consiste aussi à sensibiliser le grand public aux enjeux maritimes.

Fondé en 1984, l’Ifremer est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), dont le budget avoisine 240 millions d’Euros. Il est placé sous la tutelle conjointe des ministères de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), de la Transition écologique et solidaire (MTES), de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA).

Description de l’offre:

Les principaux enjeux pour l’unité sont de contribuer aux mutations conduisant à une exploitation des ressources halieutiques écologiquement durable et socio-économiquement profitable. Ils s’inscrivent dans la mise en œuvre de l’approche écosystémique des pêches dans un contexte réglementaire renouvelé (directive cadre Stratégie pour le milieu marin, politique commune de la pêche).

Les thématiques de recherche de l’unité STH (Sciences et Technologie Halieutique) s’articulent autour de trois axes :

L’amélioration des connaissances sur la biologie et l’écologie des espèces exploitées
L’étude des interactions usages/écosystème
Et le développement de méthodes d’évaluation des stocks dans le cadre de l’approche écosystémique des pêches.

En 2018, les engins de pêche représentaient 27 % des déchets marins plastiques retrouvés sur les plages européennes. En mer, ils sont à l’origine de la pêche fantôme et continuent à piéger des animaux marins alors qu’ils sont perdus ou abandonnés. Au sein du projet INTERREG INdIGO, piloté par l’Université de Bretagne Sud, le Laboratoire de Technologie et Biologie Halieutique de Lorient a développé le site internet et l’application Fish & Click qui permettent aux citoyens de recenser le matériel de pêche perdu en mer et sur le littoral. A partir des données collectées, une cartographie sera établie pour connaître la répartition de la pollution par les déchets plastiques issus de la pêche et dresser un état des lieux des engins les plus perdus. Cette action de sciences participatives permettra d’orienter les recherches vers des engins innovants permettant de réduire la pollution plastique issue de la pêche dans la zone Manche et Bretagne Sud d’ici à 2030.

Missions principales

La personne recrutée sera en charge de l’analyse des données recensées la première année du programme ainsi que du maintien de l’animation du programme Fish & Click dans la zone Manche et Sud Bretagne.

Activités principales

Gestion de la base de données des observations (nettoyage, correction, validation).
Cartographier les engins signalés sur l’application et le site web et analyse les facteurs régissant les distributions observées.
Assurer une veille sur l’utilisation des sciences participatives (e.g Rencontres nationales des Sciences participatives)
Participer aux comités de pilotage du projet INTERREG INdIGO et aux ateliers de restitutions.
Communiquer auprès des médias et du public sur les résultats du projet
Créer des documents de communication et alimente les site internet et réseaux sociaux.

Champs relationnel

En interne :

Direction de la Communication de l’Ifremer (Médiation et Communication externe)

En externe :

Associations, Parcs Naturels Marins, Comités des pêches, Partenaires du projet INdIGO

Profil recherché

Master en Science de l’environnement / Écologie
Expérience en animation de réseaux souhaitée

Compétences techniques / métiers

Connaissance des structures liées à la pêche et au milieu marin côtier
Cartographie
Analyse de données
Maitrise de logiciels d’infographie souhaitée

Qualités personnelles

Motivé(e) par le travail de terrain et la médiation
Organisation et rigueur dans le travail
Sens de l’initiative

Condition de travail

Temps plein
Nombreux déplacements en Bretagne, Normandie et Hauts de France. Permis B obligatoire.

Pour postuler
https://application.careerbuilder1.eu/ifremer/apply/cb1/J3T3CB6JT86YJDR5LGN?IPath=TNJob&Job_DID=J3T3CB6JT86YJDR5LGN&sc_cmp1=JS_JobDetails_ApplyNow&TNMI_DID=&TN_DID=TNKD4HV6DPYWN0BFWTLG&language=fr-FR#/application/resume_upload

Date de clôture de réception de candidatures : 15/09/2021

Toutes nos candidatures sont traitées exclusivement via notre site Carrières.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.