Contexte
Ce stage est proposé dans le cadre du projet ANR sTREEt (Impact of sTress on uRban trEEs and on city air quality, nov 2019 – avril 2024) qui étudie l’impact du stress des arbres urbains sur la qualité de l’air. La végétation urbaine est considérée comme une source de services écosystémiques bénéfiques pour l’environnement, la santé humaine et notre bien-être, ce qui en fait une priorité pour de nombreuses grandes villes comme Paris (https://www.paris.fr/vegetalisonslaville). Cependant, les responsables de la gestion des arbres urbains doivent prendre en compte deux disservices des arbres urbains : les émissions d’allergènes et de Composé Organiques Volatils Biogéniques (COVB). Les COVB peuvent potentiellement être oxydés par des polluants atmosphériques d’origine anthropique, conduisant à la formation de polluants secondaires dans l’atmosphère, tels que l’ozone dans la phase gazeuse et les aérosols organiques secondaires dans la phase particulaire. Les émissions de COVB sont régulées par les facteurs environnementaux, qui sont très contraignants en zone urbaine. Actuellement, peu de données sont disponibles sur l’impact de l’environnement urbain sur l’état physiologique général des arbres en ville, sur leurs émissions de COVB et des conséquences de ces émissions sur la qualité de l’air. Ce stage est lié en particulier à une expérimentation qui aura lieu du 1er juin au 7 juillet 2022 dans le jardin des Combattants de la Nueve, près de l’Hôtel de Ville de Paris. Les émissions de COV de certains arbres de ce jardin seront mesurées ainsi que la qualité de l’air ambiant, pour les aspects gazeux et particulaires. Ce stage aura comme objectif général la caractérisation écophysiologique des végétaux étudiés.

Tâches principales
1) Participer à la quantification de la biomasse utilisée pour les mesures d’émissions de COV.
2) Caractérisation de l’état physiologique des végétaux dont les émissions de COV sont mesurées : porométrie, mesure de potentiel hydrique, mesure de la teneur en pigments, prélèvements pour des analyses biochimiques.

Méthodologie et déroulé du stage
L’expérimentation sur site aura lieu du 1er juin au 8 juillet 2022.
Les deux premières semaines seront consacrées à l’apprentissage des méthodes (manipulation du poromètre, de l’appareil de mesures de pigments, de la chambre de Scholander) et à la préparation de la campagne de mesure (au laboratoire iEES à Créteil et/ou sur un autre site d’expérimentation urbain à Vitry). Du 1er juin au 8 juillet le travail sera à temps plein sur le site (possibilité de travailler les week-ends) pour les manipulations. Après le 10 juillet, le travail sera consacré à l’analyse des données et à la rédaction du rapport.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: juliette.leymarie@u-pec.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.