Positionnement scientifique du projet:
Au cours des dernières décennies, l’écologie du feu s’est constituée en tant que discipline
scientifique à part entière, dédiée à l’analyse des processus écosystémiques et anthropiques
impliquant le feu en tant que phénomène naturel ou pratique de brûlage, aussi bien dans les
milieux tempérés (steppes, landes, forêts de conifères, milieux méditerranéens…) que
tropicaux (savanes, forêts sèches). Au-delà des effets des incendies ou des stratégies de
prévention, la question de la gestion intégrée du feu est devenue centrale dans de nombreux
milieux, impliquant des processus participatifs associant différents acteurs.
Dans le sud de la France, et en particulier dans les Pyrénées et le Massif Central, les dernières
décennies ont été marquées par un processus d’institutionnalisation, légitimation et
organisation des pratiques de brûlages, à rebours de l’attitude prohibitionniste qui avait
dominé jusqu’aux années 1980. Cette évolution a été permise par le développement des
recherches sur le feu. Un « Réseau du brûlage dirigé » a été créé en 1990 (dont les 30èmes
rencontres ont eu lieu en 2021) rassemblant pompiers, Sécurité civile, pastoralistes,
chercheurs, forestiers. Ce réseau a notamment débouché sur l’inclusion des incinérations et
du brûlage dirigé dans le Code Forestier. Dans les Pyrénées, ce processus est passé par la
constitution de « commissions locales d’écobuage », permettant la concertation à l’échelle
départementale, cantonale ou communale et la révision des réglementations.
Cette dynamique, considérée comme globalement positive par les acteurs institutionnels, se
heurte à l’heure actuelle à plusieurs phénomènes :
 l’attention croissante du grand public pour les préoccupations environnementales en
lien avec le dérèglement climatique, qui conditionne les perceptions du feu à l’aune
des méga-feux et de la destruction des forêts tropicales ;
 l’accroissement des contraintes réglementaires et la superposition des interdictions,
en particulier au niveau de la pollution atmosphérique ;
 l’évolution des sociétés montagnardes, qui se « rurbanisent » et dont une part
croissante de la population ne tolère plus la pratique du feu et les pollutions
atmosphériques qu’elle induit.
A l’heure actuelle le développement d’une gestion intégrée du feu semble arriver
potentiellement à un point de bascule. Le maintien des pratiques traditionnelles risque d’être
remis en question par le durcissement des réglementations et l’opposition accrue d’une partie
des populations locales, qui ne laisseraient le champ libre qu’aux techniques de prévention et
de lutte des services d’incendies et de secours. Les dernières (et seules) études sociales et
anthropologiques sur le sujet remontent aux années 2000 ; le temps passé depuis lors a
fondamentalement changé le contexte : le monde et les enjeux changent, qu’en est-il des
pratiques de feux ? Comment mettre en œuvre une gestion adaptative dans un cadre de
gestion intégrée du feu ? Un retour approfondi sur le terrain est indispensable pour analyser
sérieusement les évolutions en cours.

Originalité du projet (et éventuellement prise de risque)
Le projet prend place dans le domaine général de l’analyse de la prévention/gestion des
incendies, où dominent les travaux portant sur les incendies de forêt. En ce qui concerne les
pratiques traditionnelles et la gestion intégrée de l’environnement par le feu, à l’échelle
européenne, les travaux dans ce domaine sont peu nombreux (Espagne, Scandinavie, Italie).
En France on relève trois thèses en anthropologie sur le sujet (Dumez, 2004, Lozère ; Ribet,
2009 ; Auvergne-Pyrénées ; Coughland, 2013), qui sont antérieures au bouleversement actuel
des perceptions. Le projet s’insère donc dans un champ scientifique actuellement neuf,
marqué par la montée des conflits d’interprétations sur le feu. Il demande le développement
d’une stratégie d’entretiens reposant sur la diversité des acteurs, afin d’analyser la prise en
compte du rôle du feu dans la compréhension des dynamiques des écosystèmes et de leur
gestion. L’approche devra intégrer les logiques territoriales mises à l’œuvre parmi les acteurs.

Co-encadrement
Sylvie Guillerme, Directrice de recherche CNRS au laboratoire GEODE (Géographie de
l’Environnement), UMR 5602 CNRS – UT2J, http://w3.geode.univtlse2.fr/permanents/guillerme.php
Marie-Claude Bal, Maître de Conférences, laboratoire GEODE (Géographie de
l’Environnement), UMR 5602 CNRS – UT2J, Université de Limoges, http://w3.geode.univtlse2.fr/permanents/bal.php
Le.la doctorant.e sera également encadré.e par un comité de pilotage interdisciplinaire et
bisite (Toulouse et Montpellier) composé (en plus de la porteuse et co-porteuse du projet)
par : Jean-Paul Métailié (DR émérite CNRS, GEODE), Ludivine Eloy (CR CNRS géographe
agronome, ART-Dev – UMR 5281 Université Paul-Valéry Montpellier 3), Alexandre Gaudin (IR
socio-anthropologue, AGRO-PARIS-Tech, Montpellier) et Marc Conesa (MCF Historien, CRISES, Montpellier III).

Faisabilité de la thèse
L’implication de l’équipe GEODE depuis plus de 30 ans dans cette problématique des feux
pastoraux anciens et actuels à l’échelle des Pyrénées (Bal, 2006 ; Métailié, 2006 ; Bal et al.,
2011 ; Galop et al., 2013 ; Bal et al., 2015 ; Métailié et al., 2020) et du Massif Central permet
d’assurer l’ouverture sur un réseau d’institutions, d’acteurs et de personnes ressources, qui
sont fortement impliquées dans la gestion intégrée du feu (et préoccupées par l’évolution
actuelle).
En sus des travaux antérieurs, le projet de thèse peut s’appuyer sur deux études ponctuelles,
menées dans le cadre de contrats de recherche en Pyrénées-Orientales et PyrénéesAtlantiques en 2015-16 et 2018, qui ont montré l’ouverture des acteurs sur le sujet, même en
situations conflictuelles.
La recherche doctorale sera rattachée au projet de recherche PAACTe (Dir. Bal MCl. & JM.
Minovez) sur le diagnostic des résiliences pastorales en montagnes occitanes pour les 3 ans à
venir (01/2022-12/2024) au sein duquel est posée la question du devenir des brûlages dirigés
à l’échelle des montagnes occitanes (Cévennes et Pyrénées). Le.la doctorant.e bénéficiera
ainsi d’un consortium de chercheur.e.s réuni grâce à ce projet autour de l’analyse des
adaptations de la filière pastorale dans un contexte de transition socio-écologique.
Le.la candidate sera au contact d’un réseau inter et transdisciplinaire dans le cadre du projet
ECOSOFI intitulé « Ecosystèmes, Sociétés, Feu, Interdisciplinarité » (MSH -Sud 2022-2024),
piloté par deux collègues membres du comité de pilotage de la thèse, L. Eloy & A. Gaudin. Les
projets ECOSOFI et PAACTe ont des synergies concernant le volet brûlages dirigés/brûlages
pastoraux dont le.la doctorant.e pourra bénéficier.

Profil recherché du.de la candidat.e :
Le profil attendu est assez ouvert. De manière générale, nous recherchons un.e étudiant.e
titulaire d’un Master 2 en sciences humaines. Il peut s’agir d’un profil de géographe, de
sociologue ou d’anthropologue. Une expérience dans la conduite d’entretiens et la réalisation
de questionnaires est exigée. La connaissance des territoires ruraux et montagnards est
indispensable.

Références porteur.euse.s :
Bal M.Cl. (2006). Constructions et dynamiques des espaces et des terrasses agro-pastoraux en zone intermédiaire des Pyrénées du Néolithique à nos jours (Cerdagne, Pays basque et Pays de Sault) : approche archéoenvironnementale par la pédoanthracologie. Thèse de doctorat de géographie, UT2J, 200 p.
Bal M.Cl., Pelachs A., Perez Obiol R., Julia R., Cunill R. (2011) – Fire history and human activities
during the last 3300 cal yr BP in Spain’s central Pyrenees: the case of Estany de Burg.
Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 300, pp. 179-190.
Bal M.Cl., Allée, Ph. and M. Liard – (2015) – Charcoal from soil: the origin of Nardus stricta
grassland and the history of a mountain cultural landscape (Mont Lozère, France) since the
Neolithic period. The Quaternary International, vol. 366, pp. 3-14.
Métailié J-P. (2006). Mountain Landscape, Pastoral Management and Traditional Practices in
the Northern Pyrenees (France). In Agnoletti M. (ed.) The conservation of cultural landscapes,
CABI books: 108-123
Métailié, J-P., Daupras, F., & Faerber, J. (2020). «Back fire»: the current place of burning
practices in the rural landscapes of the Pyrenees. From pastoral management to ecological
debate. Quaderni storici, 55(2), 343-368.
Références état de l’art (5 max) :
Coughlan, M. R. (2013). Fire Use, Landscape Transition, and the Socioecological Strategies of
Households in the French Western Pyrenees (Doctoral dissertation, University of Georgia).
Dumez R. (2010). Le feu, savoirs et pratiques en Cévennes. Quae ed. 244 p.
Galop D., Rius D., Cugny C., and Mazier F. 2013. Long-term Human-environment interactions
history in the French Pyrenean Mountains inferred from pollen data. In L. Lozny (eds)
Continuity and Change in Cultural Adaptation to Mountain Environments. Studies in Human
Ecology and Adaptation 7, 19-30. DOI 10.1007/978-1-4614-5702-2_3.
Ribet N. (2009). Les parcours du feu: techniques de brûlage à feu courant et socialisation de la
nature dans les monts d’Auvergne et les Pyrénées centrales. Thèse doctorale, Paris, EHESS, 637
p., 1 fascicule iconographique.

Modalités de Candidature
Le dossier de candidature doit être envoyé par email avant le 27 mai 2022 à 12h et adressé
aux deux directrices de thèse : Sylvie Guillerme (sylvie.guillerme@univ-tlse2.fr et Marie-Claude Bal (marie.bal@univ-tlse2.fr).
Le dossier doit être constitué par :
– un CV,
– une lettre de motivation,
– un projet scientifique de deux pages (plus une liste de références) en rapport avec le
sujet proposé,
– les relevés de notes et diplômes de licence et master,
– le mémoire du master (si soutenu)
– et éventuellement des lettres de recommandation.
– Si le mémoire de M2 ne sera pas encore soutenu à la date du 20 juin, une lettre du.des
encadrant.s attestant de la date de soutenance sera nécessaire

Une première sélection des candidat.e.s aura lieu début juin. Les candidat.e.s retenu.e.s
seront auditionné.e.s par la Commission doctorale du laboratoire GEODE le 20 juin. Le.la
candidat.e retenue pour le CDU par le laboratoire GEODE devra déposer son dossier auprès
de l’école doctorale TESC au plus tard le 29 juin et sera auditionné.e le 5 juillet 2022 par l’Ecole Doctorale TESC.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: sylvie.guillerme@univ-tlse2.fr ; marie.bal@univ-tlse2.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.