Stage Master 2 d’une durée de 6 mois à compter de février- mars 2022 à l’Office français de la biodiversité.

Déposer une candidature:
Les personnes intéressées devront adresser leurs candidatures (CV détaillé et lettre de motivation) à l’attention des maîtres de stage par courriel à francoise.sarrazin@ofb.gouv.fr; nicolas.hette-tronquart@ofb.gouv.fr; et brian.padilla@mnhn.fr.

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 15 janvier 2022

Description du stage
Contexte général :
L’Office français de la biodiversité (OFB) est un établissement public dédié à la sauvegarde de la biodiversité. Une de ses priorités est de répondre de manière urgente aux enjeux de préservation du vivant. Créé au 1er janvier 2020 par la loi n°2019-773 du 24 juillet 2019, l’Office français de la biodiversité est sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.
L’OFB regroupe les agents de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Unir ces deux établissements dans la lutte pour la protection de la nature, permet de rassembler des expertises, sur les milieux aquatiques, terrestres et marins et faire front commun contre les menaces qui pèsent sur la biodiversité en France. Regrouper ces deux entités, dont les agents sont implantés sur l’ensemble de l’hexagone et les Outre-mer, c’est aussi assurer un ancrage solide dans les territoires pour agir à l’échelle locale.
Pour remplir ses missions, l’Office s’appuie sur des équipes pluridisciplinaires (inspecteurs de l’environnement, ingénieurs, vétérinaires, techniciens, personnels administratifs, etc.) qui comptent plus de 2 800 agents répartis sur tout le territoire national.
Il s’est organisé de façon matricielle pour prendre en compte tous les milieux, en transversalité, selon une articulation à trois niveaux :
– une échelle nationale où se définissent et se pilotent la politique et la stratégie de l’OFB (directions et délégations nationales) ;
– une échelle régionale où s’exercent la coordination et la déclinaison territoriale (directions régionales) ;
– des échelons départementaux et locaux, de mise en œuvre opérationnelle et spécifique (services départementaux, antennes de façade, parcs naturels marins, etc.).
Ce nouvel établissement public est responsable de 5 missions complémentaires :
– la connaissance, la recherche et l’expertise sur les espèces, les milieux et leurs usages ;
– la police de l’environnement et la police sanitaire de la faune sauvage ;
– l’appui à la mise en œuvre des politiques publiques ;
– la gestion et l’appui aux gestionnaires d’espaces naturels ;
– l’appui aux acteurs et la mobilisation de la société

Contexte de l’étude :
L’OFB est en charge de dresser un inventaire national des sites à fort potentiel de gain écologique susceptibles d’être mobilisés dans le cadre de la compensation écologique.
Dans ce travail, la notion de potentiel de gain écologique est centrale. Elle est à replacer dans un contexte de restauration écologique définie comme étant un « processus d’assistance à l’auto-régénération des écosystèmes qui ont été dégradés, endommagés ou détruits », de réhabilitation ou de renaturation de milieux par des techniques de génie écologique.
Le gain écologique est défini comme étant une amélioration de l’état de conservation d’espèces, d’habitats ou l’amélioration de fonctions écologiques réalisées entre un état initial avant travaux de génie écologique (incluant la trajectoire écologique du site) et l’état visé après travaux de génie écologique.
Définir un potentiel de gain écologique sur un site donné nécessite une expertise écologique complète, mobilisant les compétences d’un expert écologue.
Toutefois, pour alimenter la caractérisation du potentiel de gain écologique d’un site versé dans l’application, nous avons conçu un outil Excel permettant de qualifier différents critères contribuant au potentiel de gain écologique sur des sites terrestres de France métropolitaine, sur la base notamment des travaux menés par l’INRAE sur la pertinence écologique des sites naturels de compensation (référence : Aubry S., Gaucherand S., Spiegelberger T. (2020). Pertinence écologique des Sites Naturels de Compensation. Proposition d’une feuille de route méthodologique pour évaluer la pertinence écologique des projets de SNC. Rapport Final. INRAE. 115 pages.).

Le stage aura pour objet de finaliser cet outil, en vue de sa publication. Il portera également sur la transposition de la démarche en milieu marin.

Mission ou activités principales :
Objectif 1 : finaliser l’outil de première appréciation automatisée des critères contribuant au potentiel de gain écologique en vue de sa publication.
Pour ce faire, il s’agira :
– D’appliquer l’outil existant sur un échantillon de quelques dizaines de sites, choisis dans des situations variées : Montagne, Plaine cultivées, bocages, sites urbains, sites périurbains, Sites littoraux, Sites frontaliers, Sites forestier ;
– D’explorer le domaine de variation des critères analysés et la sensibilité de l’outil aux différents critères. A priori, une analyse statistique n’est pas indispensable ;
– De définir les seuils des différents critères permettant de qualifier leur contribution au potentiel de gain écologique. La définition de ces seuils pourra nécessiter de confronter les résultats théoriques obtenus avec la réalité de terrain et l’appréciation du potentiel de gain écologique par un expert écologue ;
– De contribuer à la constitution d’un lot initial de sites à fort potentiel de gain écologique
Objectif 2 : Transposer la démarche au milieu marin
Pour ce faire, il s’agira
– De recenser les sources de données pertinentes à intégrer pour discuter de l’existence d’un potentiel de gain écologique d’un site marin, en s’inspirant de la démarche suivie pour le milieu terrestre.
– De proposer des critères déterminant le potentiel de gain écologique, ainsi que des seuils pour l’appréciation de ces critères.

Par ailleurs le stagiaire sera amené à contribuer à l’ensemble des activités du projet d’inventaire en lien avec ses thématiques de travail : réunion des différentes instances dédiées au projet, communication sur le projet, …

Compétences et qualités requises
Diplômes – Formation – Expérience
-Titulaire d’un master 1 spécialisé dans le domaine de l’écologie (Écologie évolution, écologie, biodiversité, génie écologique) ou niveau équivalent d’une école d’ingénieur

Savoir-faire opérationnel
Le candidat devra posséder les notions de bases sur le fonctionnement des écosystèmes, et sur le génie écologique. Une base de connaissance des écosystèmes marins serait un plus appréciable. Les facultés d’organisation, l’autonomie et la capacité d’initiative sont des qualités requises pour mener à bien le projet.

Savoir-être professionnel
– Autonomie
– Capacités d’organisation
– Capacité d’initiative
– Pragmatisme
– Qualités d’analyse et de synthèse
– Aptitude à la rédaction et à l’expression orale

Autres
– Permis de conduire (B) souhaitable
– Informatique et/ou bureautique :
• Très bonne maîtrise des outils de bureautique courants (Word, PowerPoint ou équivalents) ; en particulier tableurs (Excel ou équivalent) et gestionnaire de base de données (Access et/ou autre – Oracle, MySQL,… )
• Connaissances générales en SIG (de préférence QGIS) et pratique.

Lieu et unité fonctionnelle
Le stagiaire sera affecté à l’OFB sur le site de Vincennes. Il pourra être amené à réaliser des déplacements dans différentes antennes territoriales de l’OFB pour se rendre sur une partie des sites de l’échantillon.

Il sera co-encadré par :
Françoise Sarrazin – chef de projet « expertise technique et évaluation des atteintes à la biodiversité » à la Direction de la police et du permis de chasser de l’OFB
Nicolas Hette-Tronquart – Chargé de mission « recherche sur le fonctionnement des écosystèmes continentaux » – Service mobilisation de la recherche et enjeux transversaux – Direction Recherche et Appui Scientifique (DRAS) à l’OFB
Brian Padilla, Chargé de mission « Recherche et Expertise de la séquence ERC et du ZAN », Direction de l’expertise à l’UMS Patrinat

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: nicolas.hette-tronquart@ofb.gouv.fr

Pout toute autre question, vous pouvez contacter sfecodiff@sfecologie.org.